Liens d'accessibilité

Fifa : le TAS maintient la suspension de Platini qui reste "confiant"


Michel Platini à Lausanne, Suisse, le 8 décembre 2015. (REUTERS/Denis Balibouse)

Michel Platini à Lausanne, Suisse, le 8 décembre 2015. (REUTERS/Denis Balibouse)

Michel Platini doit être entendu le 18 décembre par la justice interne de la Fifa et une décision doit être rendue avant Noël. Selon son avocat, "Michel Platini sait qu'il sera ultimement innocenté".

Michel Platini "reste confiant sur le fond de l'affaire et sur la solidité de son dossier", a indiqué à l'AFP son avocat Thibaud d'Alès, alors que la suspension de son client de toute activité liée au football jusqu'au 5 janvier 2016 a été maintenue vendredi 11 décembre par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Sur le fond du dossier et ce versement controversé de 1,8 million d'euros, la justice interne de la Fifa, qui a requis sa radiation à vie du monde du foot, entendra Platini le 18 décembre, puis rendra sa décision avant Noël.

"Michel Platini sait qu'il sera ultimement innocenté", poursuit son conseil. L'ex-triple Ballon d'or "relève avec satisfaction que le TAS accueille favorablement partiellement ses demandes en interdisant la Fifa de prolonger sa suspension provisoire", ajoute encore Me D'Alès.

La Fifa avait en effet la possibilité, avant que le TAS ne le lui interdise vendredi, de prolonger de 45 jours la suspension de Platini.

Nouvelles pièces, délais retardés

"Mais compte tenu des nouvelles pièces recueillies par la défense de Michel Platini et les derniers développements rapportés par la presse, la commission d'éthique de la Fifa, contrairement à ce quelle annonce, ne sera pas en mesure de rendre sa décision dans des conditions normales et dans les délais impartis", avance l'avocat de l'ancien meneur des Bleus.

Me D'Alès évoque notamment ici une note interne de l'UEFA datant de 1998 où Platini est qualifié de futur "employé de la Fifa", que la défense de l'ex-N10 des Bleus met en avant et qu'a pu consulter l'AFP mardi.

Pour le camp Platini, ce document, révélé par le "Journal du Dimanche", est la preuve "écrite d'un contrat oral" pour un travail salarié et bat en brèche une partie des accusations de la justice interne de la Fifa.

La Fifa souligne que sa procédure a été "validée"

De son côté, la Fifa a souligné que le TAS a "validé la procédure" de sa commission d'éthique en décidant de maintenir la suspension provisoire de Michel Platini.

"Avec cette décision, la Fifa note que le TAS a validé la procédure de la commission d'éthique indépendante", écrit la Fifa en relayant la décision de cette juridiction sportive suprême.

Quelques minutes auparavant, le TAS avait "déterminé que le maintien de la suspension provisoire en cours n'était pas susceptible de causer un dommage irréparable à Michel Platini pour le moment", selon son communiqué.

"Même si la suspension était immédiatement levée, une telle mesure ne donnerait aucune garantie à Michel Platini que la Commission ad hoc de la Fifa validerait sa candidature pour l'élection présidentielle de la Fifa avant le 5 janvier 2016", a encore souligné le TAS dans son texte.

Platini a été suspendu 90 jours le 8 octobre par la justice interne de la Fifa, qui lui reproche d'avoir reçu 1,8 million d'euros en 2011 de la part de Joseph Blatter, président aujourd'hui démissionnaire de la Fifa et également suspendu, pour un travail de conseiller achevé en 2002.

La suspension qui frappe Platini le prive de ses fonctions de président de l'UEFA et gèle sa candidature à la présidence de la Fifa, dont le scrutin est prévu le 26 février à Zurich.

Dans l'immédiat, Platini ne pourra donc pas présider samedi soir le tirage au sort de l'Euro-2016 à Paris.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG