Liens d'accessibilité

Suspension provisoire : la Fifa rejette les appels de Platini et Blatter


FILE - FIFA vice president Angel Maria Villar Llona (right) and UEFA President Michel Platini attend the preliminary draw for the 2018 soccer World Cup in Konstantin Palace in St. Petersburg, Russia, July 25, 2015.

FILE - FIFA vice president Angel Maria Villar Llona (right) and UEFA President Michel Platini attend the preliminary draw for the 2018 soccer World Cup in Konstantin Palace in St. Petersburg, Russia, July 25, 2015.

Michel Platini a dénoncé une "instruction uniquement à charge", suite à la décision de la Fifa de rejeter son appel ainsi que celui de Joseph Blatter pour contester leur suspension provisoire.

Les appels de Michel Platini et Joseph Blatter, qui contestaient leur suspension provisoire pour 90 jours par la commission d'éthique de la Fifa, ont été rejetés mercredi par le comité d'appel de cette instance, a indiqué cette dernière.

Le président français de l'UEFA et le président démissionnaire suisse de la Fifa sont suspendus de leur fonction et de toute activité liée au football jusqu'au 5 janvier, notamment pour un paiement controversé du second au premier de 1,8 million d'euros en 2011, pour un travail de conseiller achevé en 2002.

Les deux hommes peuvent désormais se tourner vers le tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne (Suisse).

La suspension des deux personnages les plus puissants de la planète football n'a pas la même conséquence pour chacun.

Blatter, 79 ans, qui avait été réélu pour un 5e mandat le 29 mai, avait finalement annoncé le 2 juin une démission avec prise d'effet le 26 février, date de l'élection pour désigner son successeur. Le dirigeant suisse avait ainsi cédé à une pression immense alors que son institution était cernée par les affaires de corruption présumée à grande échelle.

Platini, 60 ans, était considéré comme le grand favori pour l'élection à la présidence de la Fifa. Sa candidature n'a pas été écartée de facto par sa suspension. Elle est pour l'heure gelée jusqu'à la levée ou l'expiration de sa sanction, soit jusqu'au 5 janvier pour l'heure. Il est ainsi impossible pour l'heure au triple Ballon d'or de mener campagne.

Michel Platini a dénoncé une "instruction uniquement à charge" de la Fifa "via ses instances internes", après le rejet de l'appel de sa suspension, et va "saisir le Tribunal arbitral du sport, indépendant, sérieux", selon un communiqué transmis mercredi à l'AFP par ses conseils.

"Cette décision (rejet de l'appel) n'est pas une surprise", écrivent les avocats de Platini, avant d'ajouter: "Elle était attendue par Michel Platini et ses conseils. Elle confirme que la Fifa, via ses instances internes, mène contre Michel Platini une instruction uniquement à charge, inéquitable et partiale, en violation répétée des droits de la défense".

"Elle (la Fifa) organise aussi - et ne s'en cache même plus - une stratégie délibérée et inadmissible de retardement de la campagne de Michel Platini pour la présidence de la Fifa: la décision de la Commission des Recours, datée du 3 novembre, lui est notifiée deux semaines plus tard, ce jour, sans l'ombre d'une justification sur ce délai hors normes", poursuivent-ils.

"A aucun moment, malgré ses demandes réitérées, Michel Platini n'a pu présenter sa défense devant ses juges, ce qui est proprement extravagant. Cette décision a néanmoins un grand mérite. Après être allé au bout du processus interne à la Fifa, elle permet enfin à Michel Platini de saisir, le Tribunal arbitral du sport, tribunal indépendant, sérieux, dégagé du contexte électoral et des pressions qui s'exercent au sein de la Fifa", indiquent encore les conseils de l'ancien capitaine des Bleus.

"Michel Platini fait pleine confiance au TAS pour le rétablir dans tous ses droits. Dans l'intervalle, il reste un candidat serein et déterminé à la présidence de la Fifa", concluent ses avocats.​

Avec AFP

XS
SM
MD
LG