Liens d'accessibilité

Fifa : Jack Warner remporte une manche pour contester son extradition


L'ancien vice-président de la Fifa Jack Warner, le 3 juin 2015. (REUTERS/Andrea De Silva)

L'ancien vice-président de la Fifa Jack Warner, le 3 juin 2015. (REUTERS/Andrea De Silva)

Vendredi, le juge de la Haute Cour de Trinidad James Aboud a autorisé les avocats de l'ancien patron de la Concacaf à contester légalement le bien fondé son extradition aux Etats-Unis.

L'ancien vice-président de la Fifa Jack Warner, suspendu à vie pour corruption, a remporté une manche judiciaire pour contester son extradition vers les Etats-Unis, a-t-on appris vendredi.

Actuellement en liberté sous caution, Warner, homme-clé du scandale de corruption autour du football mondial, et ses avocats se sont lancés dans une bataille judiciaire pour contester la validité du processus d'extradition.

Vendredi, le juge de la Haute Cour de Trinidad James Aboud a autorisé les avocats de l'ancien patron de la Concacaf à contester légalement le bien fondé de l'extradition. Il a également reporté une nouvelle fois l'audience sur l'extradition proprement dite, qui doit être examinée par un autre tribunal, au 26 février afin de procéder à de nouvelles auditions.

Warner, 72 ans et ancien député de Trinité-et-Tobago, s'est dit "très satisfait". Il est sous le coup d'une demande d'extradition des Etats-Unis pour corruption et blanchiment d'argent.

Selon les accusations des enquêteurs américains, Warner aurait notamment encaissé une large partie d'un versement de 10 millions de dollars fait par l'Afrique du Sud à la CFU, en échange de trois voix pour obtenir l'organisation du Mondial-2010.

Le Trinidadien a toujours rejeté ces accusations, parlant notamment de complot pour aider ses adversaires politiques locaux à Trinité-et-Tobago.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG