Liens d'accessibilité

Fichiers des recrues de l'EI : prudence du ministre français de l'Intérieur


Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a estimé vendredi à Washington qu'il fallait rester "très prudent" au sujet de documents qui révèleraient le nom de recrues du groupe Etat islamique, leur authenticité n'étant pas avérée.

"Nous sommes toujours extrêmement intéressés par des informations qui peuvent nous permettre de (...) neutraliser des terroristes, mais il faut faire attention à ce que ces informations soient authentifiées", a déclaré M. Cazeneuve devant des journalistes.

"Si c'était le cas" pour ces documents, "je vous parlerais de façon moins prudente", a-t-il ajouté.

Des médias britanniques et allemands ont révélé cette semaine détenir des documents contenant les noms de nombreuses recrues du groupe Etat islamique.

Ils se présentent sous la forme de formulaires révélant noms, adresses et numéros de téléphone de candidats occidentaux au jihad.

La chaine de télévision Sky News a indiqué que les documents en sa possession, fournis par un jihadiste déçu, comportait près de 22.000 noms.

La police criminelle allemande (BKA) a jugé "très probablement authentiques" les listes de recrues allemandes.

Mais des experts ont mis en doute leur véracité, relevant notamment des erreurs grammaticales et des formulations douteuses.

"On y verra plus clair" au terme des enquêtes actuellement menées par les services de renseignement européen, a précisé M. Cazeneuve.

"Depuis que je suis" ministre de l'Intérieur, "j'ai souvent eu accès à des informations qui paraissaient intéressantes, et dont il s'est avéré qu'elles relevaient d'une instrumentalisation", a-t-il dit.

Il n'a pas voulu s'exprimer sur le nombre de recrues françaises figurant dans ces documents.

M. Cazeneuve doit rencontrer à Washington la conseillère à la sécurité intérieure du président Barack Obama, Lisa Monaco, et le ministre de la Sécurité intérieure, Jeh Johnson.

Il doit également se rendre à New York pour rencontrer la police de la ville, où il doit évoquer la question de la "résilience" de grandes villes frappées par des attentats de grande ampleur, selon son entourage.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG