Liens d'accessibilité

Facebook : les retombées de la sortie ratée en Bourse


Mark Zuckerberg de Facebook (au c.) ouvre les opérations de la Nasdaq, le 18 mai 2012

Mark Zuckerberg de Facebook (au c.) ouvre les opérations de la Nasdaq, le 18 mai 2012

La société fait l'objet de plusieurs plaintes en justice à cause des erreurs de vendredi dernier

Pour plus d’un, la chance de compter parmi les actionnaires de Facebook paraissait comme une aubaine. Mais l’entrée en bourse du réseau social de 900 millions d'utilisateurs ne s’est pas passée sans histoires… Après la poussée du début, où le prix de l’action est passé de 38 à plus de 40 dollars, il a chuté à tout juste un peu plus de 30 dollars.

D’ailleurs, la sortie de l’offre initiale a été retardée vendredi dernier et les analystes pointent du doigt la NASDAQ qu’ils accusent de manque de préparation.

De nombreux problèmes sont apparus au cours de la première journée, dus au grand nombre de demandes à traiter. Un responsable de Nasdaq, Bob Greifeld a tenté de l’expliquer ainsi : "Clairement nous avons fait des erreurs dans la cotation de Facebook, mais nous tenons toujours à souligner le fait que c'était la plus grande IPO jamais vue et que, vendredi dernier, nous avons traité plus de 570 millions de titres."

L'une des banques responsables de l'introduction de Facebook sur la Nasdaq

L'une des banques responsables de l'introduction de Facebook sur la Nasdaq

Les plaintes des actionnaires par-devant les tribunaux se multiplient. Certains s’en prennent à la société Facebook, son patron Mark Zuckerberg, mais aussi plusieurs banques responsables de l'introduction. On les accuse d'avoir caché le fait que les prévisions de chiffres d'affaires du réseau social avaient été revues à la baisse avant l’offre initiale de 16 milliards de dollars.

XS
SM
MD
LG