Liens d'accessibilité

Face à Donald Trump, le féminisme entre dans une nouvelle ère


Des pancartes placées sur la devanture d'un restaurant de Philadelphie en soutien à la "Journée sans femmes" , le 8 mars 2017.

Le 8 mars, des Américaines ont organisé un nouveau mouvement, deux mois après la Marche des femmes. C'était pour célébrer la Journée internationale de la femme, une "Journée sans femmes" dans tout le pays.

Sur le modèle de la journée sans immigrés, la journée sans femmes visait à montrer le poids financier dans le système économique.

Le but de la journée est de rejeter "la violence systémique du système économique qui a rapidement mis de côté les femmes", explique une des membres de l'association "Les Etats-unis en grève", Tithi Bhattacharya, au NYT.

"C'est une journée pour souligner l'unité entre le travail effectué dans l'économie formelle et la sphère domestique, la sphère publique et la sphère privée, et comment la plupart des femmes qui travaillent doivent jongler avec les deux", continue-t-elle.

"Le travail est considéré comme un travail seulement du point de vue de la production, mais en tant que femmes, nous savons que la société et les décideurs rendent transparent le travail que font les femmes".

Afin de toucher un maximum de femmes, trois possibilités ont été offertes pour participer à la journée : la grève, le port du rouge et l'absence d'achat. Des manifestations ont également été organisées dans plusieurs villes, comme on peut le voir dans cette vidéo prise à Washington :

Le retour du féminisme unifié

Le professeur en sociologie politique à l'université du Michigan, Michael Heaney, explique sur VOA Afrique que le féminisme de l'après-élection de Donald Trump a aidé à réconcilier les différents groupes féministes.

"Historiquement, le féminisme était composé de plusieurs sous-groupes, comme les immigrées, les marginalisées et les différences raciales", explique-t-il. "Mais maintenant, elles se mobilisent en tant que femmes, pour toutes les femmes".

Dans une vidéo enregistrée en 2005 et publiée durant la campagne électorale, le candidat Donald Trump tient des propos obscènes au sujet des femmes,

Nancy Pelosi, chef de file de la minorité démocrate à la Chambre des représentant, s'exprimant à Washington D.C., le 8 mars 2017.

Nancy Pelosi, chef de file de la minorité démocrate à la Chambre des représentant, s'exprimant à Washington D.C., le 8 mars 2017.

disant notamment qu'il pouvait, à sa guise, les toucher dans leurs parties intimes, qu'elles se laissaient faire.

La Marche des femmes de janvier 2017 a, pour la première fois, réuni les femmes et leurs revendications, "revitalisant" le mouvement, selon lui

A Washington D.C., des législateurs démocrates ont soutenu la grève des femmes. Ils se sont réunis devant le Congrès pour parler de la place de la femme dans la société américaine.

Le président américain Donald Trump a lui fait part de son "immense respect", à l'occasion de la Journée internationale des femmes.

"J'ai un immense respect pour les femmes et les nombreuses fonctions qu'elles occupent, qui sont essentielles à la trame de notre société et de notre économie", a tweeté le dirigeant républicain.

"Pour la Journée internationale des femmes, rejoignez-moi pour faire honneur au rôle crucial des femmes ici en Amérique et dans le monde entier", a-t-il ajouté dans un deuxième tweet.

XS
SM
MD
LG