Liens d'accessibilité

Exploitation humaine : une Africaine témoigne de son calvaire au Koweït


Photo uniquement à titre d’illustration : Une femme transporte ses effets personnels à Bujumbura, le 7 novembre 2015. (AP Photo)

Photo uniquement à titre d’illustration : Une femme transporte ses effets personnels à Bujumbura, le 7 novembre 2015. (AP Photo)

VOA Afrique a interviewé une africaine qui vit depuis quelque temps au Koweït, en quête d’une vie meilleure. Elle dénonce un esclavagisme qui ne dit pas son nom, dans lequel vivent des Africaines dans ce pays.

Comme bien d’autres Africaines vivant dans ce pays du Moyen-Orient, l’interviewée qui refuse de dévoiler son identité par craintes de représailles, dénonce l’esclavage auquel sont soumises un bon nombre d’Africaines qui se lancent dans cette aventure.

"Il s’agit de l’esclavage car nous sommes en quelque sorte achetées à des agences par des familles koweitiennes une fois que nous arrivons sur place", explique-t-elle.

La victime affirme avoir fait l’objet de toute sorte d’abus. Elle confirme que leurs papiers d’identité sont confisqués une fois que "la cliente est vendue à une famille". "Pour que nous ne nous en échappions pas", soutient-elle.

Elle-même a dû s’échapper de plusieurs familles et retourner à l’agence faute de choix, la même agence ayant déjà confisqué ses papiers.

"Dans ma troisième famille, ma ‘mère’ koweïtienne (Ndlr, sa patronne) m’a brûlée avec de l’eau chaude et j’ai dû fuir", se plaint-elle dénonçant également des abus nocturnes de la part de son patron précédent.

"On ne nous laisse aucun choix et si vous ne voulez pas, la police vous rapatrie dans votre pays", pousse-t-elle plus loin dans la complainte.

Celles d’entre les Africaines qui fuient une famille en raison d'abus, affirme-t-elle, doivent trouver une autre personne qui accepte de rembourser les frais payés (par la famille) à l’agence avant de trouver un autre emploi similaire.

En énumérant les abus subis, elle confie qu’elle était privée de sommeil, travaillant jour et nuit quand elle était dans une famille avec 17 enfants.

Ses papiers étant confisqués, elle travaille présentement au noir dans un restaurant et elle est chaque fois obligée de fuir le contrôle policier.

Comme elles, beaucoup d’autres Africaines subissent des abus de toute sorte et n’ont personne à qui se confier.

XS
SM
MD
LG