Liens d'accessibilité

Excision mortelle en Egypte : le médecin, condamné en appel


Youssra Hosny, 34 ans, évoque son excision à l'âge de neuf mois en Egypte (AP)

Youssra Hosny, 34 ans, évoque son excision à l'âge de neuf mois en Egypte (AP)

Le Dr Raslan Fadl a été condamné à deux ans de prison pour homicide involontaire et à trois mois de réclusion pour avoir procédé à une mutilation génitale illicite.

Un médecin égyptien a été condamné en rapport avec le décés d’al-Soheir Batea, une jeune fille de 14 ans, décédée lors d’une procédure d’excision. Le Dr Raslan Fadl aété condamné par un tribunal de Mansoura à deux ans de prison pour homicide involontaire et à trois mois de réclusion pour avoir procédé à une mutilation génitale.

Pour le mouvement anti-excision « Egalité Maintenant », c’est une grande victoire pour les femmes et les filles dans un pays où l’excision reste la norme.

« C’est une nouvelle fantastique que Soheir a finalement reçu justice », a déclaré Suad Abu-Dayyeh, responsable d'Egalité Maintenant pour le Proche Orient et l’Afrique du Nord. L’Egypte « a montré qu'elle mettra en œuvre ses lois et nous espérons qu’il s’agira d’une première étape pour mettre fin à cette forme extrême de violence contre les femmes une bonne fois pour toutes ».

Al-Batea est décédée en juin 2013 après avoir subi une mutilation génitale féminine dans une clinique au nord du Caire, à la demande de son père.

Son père a également été condamné en appel à une peine de trois mois de prison avec sursis.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) rappelle que les mutilations sexuelles féminines sont internationalement considérées comme une violation des droits des jeunes filles et des femmes. « Elles sont le reflet d'une inégalité profondément enracinée entre les sexes et constituent une forme extrême de discrimination à l'égard des femmes », ajoute l’OMS, qui remarque que ces violences sont presque toujours pratiquées sur des mineures et constituent une violation des droits de l'enfant.

Plus de 125 millions de jeunes filles et de femmes sont victimes de mutilations sexuelles pratiquées dans 29 pays africains et du Moyen Orient, où ces pratiques sont concentrées.

XS
SM
MD
LG