Liens d'accessibilité

Evacuations par hélicoptères des occupants du ferry italien


Le ferry en feu (AP)

Le ferry en feu (AP)

Un responsable gouvernemental grec a fait état d'un mort, et il n'y a pour l'heure pas d'autre victime confirmée.

ATHENES (Reuters) - Les équipes de secours se préparaient dimanche soir à évacuer tout au long de la nuit par hélicoptère les occupants du ferry italien Norman Atlantic, qui dérive dans l'Adriatique avec un incendie à bord.

Un responsable gouvernemental grec a fait état d'un mort, et il n'y a pour l'heure pas d'autre victime confirmée.

Les hélicoptères transfèrent progressivement les passagers à bord d'un navire voisin, car la mer houleuse empêche les opérations de secours directement par bateau.

Le ferry, parti de Patras dans l'ouest de la Grèce, devait se rendre dans le port italien d'Ancône. Près de 500 passagers et membres d'équipage se trouvaient à bord du Norman Atlantic quand, à 44 miles nautiques au nord-ouest de Corfou, il a lancé un signal de détresse. Le feu s'est déclaré aux alentours de 04h30 GMT dans le garage inférieur, où se trouvent plus de 200 véhicules, ont indiqué les autorités italiennes.

Depuis, le navire a dérivé et il se trouvait dimanche soir dans les eaux territoriales de l'Albanie, où un remorqueur s'apprêtait à aller à sa rencontre pour tenter de le tirer jusqu'au port de Durrës, a déclaré un responsable de l'administration portuaire albanaise.

Selon les autorités grecques, 156 personnes ont pu être évacuées de la zone de danger.

"Nous faisons des efforts surhumains dans cette opération qui s'avère extrêmement difficile", a déclaré le porte-parole des garde-côtes grecs, Nikos Lagkadianos. "Les opérations par voie aérienne vont se poursuivre tout au long de la nuit", a-t-il ajouté.

Chaque transfert par hélicoptère prend un quart d'heure environ. Deux appareils italiens et deux grecs, des Super Puma, prennent part à l'opération, a rapporté un responsable du ministère grec de la Défense.

DES FRANÇAIS À BORD DU NORMAN ATLANTIC

Sur le navire, les passagers qui avaient d'abord tenté de fuir à bord de canots de sauvetage se sont réfugiés dans les niveaux les plus élevés.

"Nous sommes allés sur le pont, où se trouvaient les canots de sauvetage, mais nous avons commencé à sentir le sol brûler et nous sommes montés au niveau de l'héliport", a raconté Rania Fireou par téléphone à la télévision grecque avant le début des hélitreuillages.

"Beaucoup d'enfants et de personnes âgées se trouvent à bord", a-t-elle poursuivi. "Nous nous sommes tous rassemblés et nous essayons de nous réchauffer."

La pluie battante qui gêne les opérations de secours contribue à contenir les flammes à bord du ferry, qui continue cependant de brûler. Deux remorqueurs sont présents sur zone, dont un qui a pu s'approcher du Norman Atlantic et tente d'éteindre le sinistre.

Les vents soufflant à 90 km/h compliquent fortement les opérations de secours, a déclaré le ministre grec de la Marine marchande, Miltiadis Varvitsiotis.

"Nous faisons tout notre possible pour sauver ceux qui se trouvent à bord et personne ne sera abandonné dans cette situation difficile. C'est l'une des opérations de sauvetage les plus compliquées que nous ayons eues à effectuer", a-t-il déclaré à la presse.

Miltiadis Varvitsiotis a précisé que 478 passagers et membres d'équipage se trouvaient à bord lorsque l'incendie s'est déclaré. Sur ce total, 268 sont selon lui de nationalité grecque. Des Français, des Allemands, des Italiens, des Autrichiens, des Turcs et des Néerlandais sont également du nombre, dit-on au ministère des Affaires étrangères. Beaucoup seraient des chauffeurs de camions.

Ce ferry de 29.900 tonnes est exploité par la compagnie grecque ANEK, précisent les garde-côtes. Construit en 2009, il a entamé sa carrière en Italie, selon les registres maritimes.

XS
SM
MD
LG