Liens d'accessibilité

MSF décrit le calvaire des Erythréens et appelle le monde à l'aide


Tsega, 38 ans, qui a fui l'Érythrée il ya six ans, pose avec son fils Naher, 5 ans, devant leur tente dans un refuge pour migrants à Calais, en France, le 28 octobre 2014.

Tsega, 38 ans, qui a fui l'Érythrée il ya six ans, pose avec son fils Naher, 5 ans, devant leur tente dans un refuge pour migrants à Calais, en France, le 28 octobre 2014.

Environ 90% des Erythréens qui parviennent en Europe obtiennent l'asile, mais aucun ne peut y arriver sans risquer sa vie, a dénoncé mardi un rapport de Médecins sans frontières (MSF) qui appelle le monde à l'aide.

Le rapport s'appuie sur les témoignages recueillis auprès des nombreux Erythréens parmi les 65.000 migrants auxquels MSF a porté assistance depuis 2015 en Ethiopie, en Libye et en Méditerranée.

Alors que le pays ne compte que 5,5 millions d'habitants, l'Erythrée voit partir chaque mois 5.000 personnes, essentiellement des jeunes fuyant un service militaire transformé en exploitation de masse, des conscrits et des parents espérant rejoindre leurs enfants.

Plus de 162.000 d'entre eux sont accueillis dans des camps de réfugiés en Ethiopie, d'où la plupart ne peuvent cependant pas sortir et restent indéfiniment dépendants de l'aide humanitaire.

Au moins 108.000, mais probablement beaucoup plus, sont installés au Soudan, où l'accès à l'aide humanitaire est difficile et où les autorités renvoient parfois les Erythréens dans leur pays.

Dans ces conditions, beaucoup s'en remettent à des passeurs pour gagner l'Europe, à travers le désert, les centres de détention libyens et la Méditerranée. Depuis 2015, l'Italie a ainsi vu débarquer près de 60.000 Erythréens.

Plus de la moitié des Erythréens interrogés par MSF sur ses navires de secours en mer ont rapporté avoir vu mourir des compagnons de voyage tout au long de leur "périple hallucinant", rapporte l'ONG.

Chaque Erythréen "a déclaré avoir été victime ou témoin direct de graves violences, y compris de tortures", tandis que chaque femme a été victime de violences sexuelles ou connaît directement quelqu'un qui l'a été, selon le rapport.

Les médecins de MSF constatent que les Erythréens portent sur leur peau, dans leur corps ou via des maladies psychiques graves les traces de ces conditions extrêmes.

L'Union européenne a multiplié les accords avec les pays de transit pour tenter de bloquer les flux migratoires.

MSF appelle par conséquent les Etats européens à "développer des alternatives légales de migration" pour les Erythréens et incite l'Australie, le Canada, les Etats-Unis et les Etats du Golfe à augmenter leurs quotas d'accueil et de regroupement familial.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG