Liens d'accessibilité

Europa League : Lyon s'écrase à l'Ajax


Maxime Gonalons de Lyon, à droite, et Lasse Schone d’Ajax, se disputent un ballon lors du match de demi-finale d’Europa League entre Ajax et Olympique Lyon au stade d’Amtesrdam, au Pays-Bas, 3 mai 2017.

Stockholm s'éloigne... L'Olympique lyonnais a hypothéqué ses chances de disputer la première finale européenne de son histoire, surclassé par la fougue de l'Ajax Amsterdam (4-1) en demi-finale aller de l'Europa League, mercredi aux Pays-Bas.

Dépassés en défense et brouillons, les hommes de Bruno Genesio ont balbutié leur football, et étalé les défaillances qui les plombent depuis le début de la saison. Sans plusieurs parades d'Anthony Lopes dans les cages, l'écart aurait été bien plus lourd.

Éjectés du podium de Ligue 1, ils avaient misé gros sur l'Europe pour sauver leur saison. C'est aujourd'hui très compromis....

Dans huit jours au Parc OL, les Lyonnais devront l'emporter au moins 3-0 pour voir la finale. Mais qui ose imaginer tel scénario, au vu de celui du match aller ? Ils pourront certes compter sur leur meilleur buteur, Alexandre Lacazette, diminué aux Pays-Bas, mais devront élever leur niveau de plusieurs crans.

Car la formation hollandaise a surclassé celle de Lyon, qui n'a fait bonne figure qu'en début de match. Invaincue chez elle en C3, l'Ajax a signé un match à son image, plein de jeunesse et sans complexe.

L'ouverture du score de la tête de Bertrand Traoré (25e), à la réception d'un coup-franc d'Hakim Ziyech (25e), sur la première occasion de l'Ajax, a donné le tempo du match.

Lyon prenait l'eau moins de dix minutes plus tard (34e) quand Traoré, encore lui, servait magnifiquement Kasper Dolberg, au sein d'une défense de l'OL statique, pour s'en aller tranquillement faire 2-0.

La faute, en grande partie, à Mouctar Diakhaby, complètement absent dans son duel avec Traoré, et au gardien Anthony Lopes, coupable sur ce but d'une relance hasardeuse.

Après une timide réaction par Fekir à la 42e, l'OL passait proche de la correctionnelle quand Amin Younes se présentait seul (43e) devant Anthony Lopes auteur d'un exploit pour éviter le 3-0.

Mais le portier rhodanien n'avait fait que reporter l'échéance. Car à la 49e, il était pris à contre-pied par un envoi du même Younes.

L'ArenA, bientôt rebaptisé stade Johan Cruyff, pouvait exulter, jusqu'au but de Valbuena (66e) qui jetait un froid dans l'enceinte comble.

Un stade que Bertrand Traoré se chargeait de réchauffer quelques instants plus tard en plantant le 4-1 (71e).

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG