Liens d'accessibilité

Euro-2016 - Derniers billets pour les 8e, Zlatan et Ronaldo jouent gros


On ne présente plus Zlatan Ibrahimovic, parce qu'il parle déjà très bien de lui-même : "Pas besoin de Ballon d'or pour savoir que je suis le meilleur" ; "Je suis arrivé [au PSG] comme un roi, je parle comme une légende" ; "Je peux rendre François Hollande populaire si je veux"... On l'a compris, l'ex-Parisien se sent en France comme en pays conquis.

On ne présente plus Zlatan Ibrahimovic, parce qu'il parle déjà très bien de lui-même : "Pas besoin de Ballon d'or pour savoir que je suis le meilleur" ; "Je suis arrivé [au PSG] comme un roi, je parle comme une légende" ; "Je peux rendre François Hollande populaire si je veux"... On l'a compris, l'ex-Parisien se sent en France comme en pays conquis.

Cristiano Ronaldo et Zlatan Ibrahimovic vont-ils être éjectés de l'Euro ? Les derniers billets pour les 8e de finale sont en jeu mercredi soir et les sélections de ces mégastars, le Portugal et la Suède, sont mal parties.

Il reste encore quatre places à prendre dans ce premier Euro à 24. Pour l'heure, ils sont douze à avoir mis les crampons au tour suivant : la France, la Suisse, le pays de Galles, l'Angleterre, la Slovaquie, l'Allemagne, la Pologne, l'Irlande du Nord, l'Espagne, la Croatie, l'Italie et la Hongrie.

Les deux premiers huitièmes connus offrent déjà un choc Italie-Espagne, revanche de la finale de l'Euro-2012 remportée par la Roja, et un inattendu Suisse-Pologne.

Zlatan et la Suède n'y sont pas encore. Et si le colosse (1,95 m ; 95 kg) échoue face à la Belgique mercredi à Nice (sud), il tirera sa révérence en sélection.

"Le dernier match de la Suède à l'Euro sera mon dernier match avec la Suède. Donc j'espère vivement que ce ne sera pas (ce mercredi)", a lancé l'homme au catogan devant la presse mardi à la veille des derniers matches du groupe E.

Son sélectionneur Erik Hamrén mesure déjà le vide qu'il laissera derrière lui : "Il n'apparaîtra peut-être plus de Zlatan dans l'histoire du foot suédois. C'est une possibilité".

- Ronaldo va-t-il enfin marquer ? -

A 34 ans, le défi est immense pour cet attaquant qui n'a jamais gagné de titre majeur, que ce soit en club - la Ligue des champions s'est toujours refusée à lui - ou en sélection. L'Euro a mal commencé pour Zlatan, qui n'a pas encore marqué. Ses partenaires, loin d'avoir son niveau de jeu, vont-ils être boostés ou plombés par son annonce ?

Le monde du foot se demande aussi quelle sera sa destination en club, après l'officialisation en mai de son départ du Paris SG. On parle de l'Angleterre, où Manchester United, qui va être entraîné par José Mourinho, lui fait les yeux doux. Ou encore de la Chine, où des formations lui offriraient un pont d'or.

Ce métal précieux, Cristiano Ronaldo connaît, lui qui est triple Ballon d'Or. Mais il n'a jamais conduit sa Selecçao à un titre continental ou mondial.

L'Euro-2012 reste d'ailleurs un traumatisme : l'Espagne, futur vainqueur, avait éliminé le Portugal en demi-finale. Le match intense (0-0 a.p.) s'était terminé par une séance de tirs au but (4-2) qui avait privé CR7 du ballon décisif, dernier tireur éliminé avant que n'arrive son tour.

Comme Zlatan, le crack du Real Madrid n'a toujours pas marqué dans cet Euro. "Je pense qu'il va oublier tout cela et continuer à faire ce qu'il fait de mieux : marquer des buts", veut croire son sélectionneur Fernando Santos.

- L'Islande rêve de l'Angleterre -

Tombé dans un groupe peu relevé, le Portugal joue maintenant sa survie à Lyon (centre-est) face à la Hongrie, déjà qualifiée. Un adversaire démotivé ?

L'Italie, elle aussi déjà qualifiée et assurée de terminer première de poule, finira sa première phase contre l'Eire, qui y croit encore. "On veut rendre à nos merveilleux supporters tout ce qu'ils nous donnent", confie le coach irlandais Martin O'Neill.

Et puis il y a aussi l'Islande, petit pays de 330.000 habitants, qui défie l'Autriche à Saint-Denis et pourrait accéder aux 8e de finale, alors que c'est son premier tournoi majeur.

Pour couronner le tout, les "Vikings" pourraient affronter l'Angleterre au tour suivant en cas de qualification. "C'est un rêve pour tout Islandais", en salive le capitaine Aron Gunnarsson.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG