Liens d'accessibilité

Euro-2016 - Demi-finales : un duel Ronaldo - Bale et un morceau de l'histoire du football


Paul Pogba et Moussa Sissoko, le 10 juin 2014. (REUTERS/Charles Platiau)

Paul Pogba et Moussa Sissoko, le 10 juin 2014. (REUTERS/Charles Platiau)

Portugal - pays de Galles et Allemagne – France : c'est le programme des demi-finales de l'Euro après la fin des quarts dimanche, où la belle histoire du tournoi s'est conclue par un cruel retour à la réalité pour l'Islande, balayée par les Français (5-2).

Dans la première demi-finale, le Portugal de Cristiano Ronaldo affrontera le pays de Galles de Gareth Bale mercredi à Lyon, pour un duel entre stars du Real Madrid.

Le lendemain, l'Allemagne et la France, deux vieux rivaux du football européen, se retrouveront à Marseille, 34 ans quasiment jour pour jour après un France - RFA devenu mythique : la demi-finale du Mondial-82 perdue par les Bleus à Séville et marquée par l'agression du gardien allemand Harald Schumacher sur le Français Patrick Battiston. C'était là aussi un jeudi, le 8 juillet au lieu du 7.

La large victoire remportée par la France contre l'Islande montre que le pays organisateur a su gérer la pression de son statut d'ultra-favori après avoir été bousculé au tour précédent par une autre équipe supposée largement inférieure, l'Eire.

Par ricochet, ce résultat souligne aussi a posteriori les faiblesses de l'Angleterre.

Son élimination par l'Islande au tour précédent (2-1) avait ébahi l'Europe du foot et créé autour de l'île nordique un élan d'enthousiasme rafraîchissant. "France 5 - L'équipe qui a battu l'Angleterre 2", a ainsi titré dimanche soir le journal anglais Daily Mail.

Difficile pourtant pour les Islandais de rééditer l'exploit, d'autant que l'effet de surprise n'existait plus. Ils se sont tout de même battus vaillamment et ont profité des moments de relâchement des Français pour leur mettre deux buts, ce qui n'est pas rien.

- Un dernier "Huh!" -

A Reykjavik, les supporters ont offert une fois de plus l'image d'un pays joyeux et optimiste.

Une foule impressionnante, des dizaines de milliers de personnes, a communié avec ses joueurs devant l'écran géant installé en ville, dans la défaite comme dans les victoires qui ont précédé. "Je suis fière de l'équipe. Le pays était debout, uni derrière eux. Je suis vraiment heureuse", a assuré l'une de ces fans, Birta Omarsdottir.

"C'était un tournoi fantastique pour nous, un parcours extraordinaire", a lancé le sélectionneur suédois de l'Islande, Lars Lagerbäck.

Ses hommes ont su sortir avec classe: à la fin du match, ils sont allés saluer leurs supporters en tribune par un ultime "Huh!", leur cri de guerre, en tapant dans leurs mains.

Les Bleus ont ouvert le score grâce à Giroud dès la 12e minute. Eux dont les entames de match avaient jusque-là été poussives ont ainsi marqué pour la première fois en première mi-temps dans ce tournoi.

Les autres buts ont été inscrits par Pogba (20, son premier dans un Euro jusque-là décevant), Payet (43) puis Griezmann (45) pour un 4-0 à la pause. Ce dernier prend la tête du classement des buteurs avec 4 réalisations.

En deuxième période, Sigthorsson (56) a réduit le score en profitant d'un moment de relâchement des Français, mais Giroud a réussi le doublé presque aussitôt après (59). En fin de match, Bjarnason a marqué le deuxième but islandais (84).

Moussa Sissoko (milieu de terrain de l'équipe de France): "C'est notre meilleure prestation. Évidemment, à 4-0 on fait moins d'efforts. On a contrôlé le match. L'Allemagne je l'ai vue meilleure que samedi contre l'Italie."

- France-Islande : déclarations -

Olivier Giroud (attaquant français, auteur d'un doublé) : "Ce n'était pas si facile. On savait qu'il fallait bien démarrer la rencontre. Et c'est ce qu'on a fait, on a fait le job. Mais rien n'était joué avant, loin de là, face à cette équipe généreuse dans l'effort."

Avec AFP

XS
SM
MD
LG