Liens d'accessibilité

Euro-2016 - Croatie-Rep. tchèque: le sélectionneur croate fustige les "terroristes du sport" qui ont perturbé le match


La Croatie

La Croatie

Lors du match contre la République tchèque, la Croatie a connu ce qui pourrait être un nouveau coup dur pour elle: la sortie sur blessure de son milieu de terrain Luka Modric.

Le sélectionneur de la Croatie Ante Cacic a qualifié de "terroristes du sport" les supporters coupables de jets de fumigènes lors de la rencontre République tchèque - Croatie (2-2), vendredi lors de la conférence de presse d'après-match à Saint-Etienne.

"Ce ne sont pas des supporters, mais des terroristes du sport", a fustigé Ante Cacic qui s'est dit "très triste" de la tournure des événements alors que son équipe "a joué un aussi bon match".

L'UEFA, l'instance européenne organisatrice de l'Euro-2016, a annoncé qu'une procédure disciplinaire allait être ouverte, après ces incidents.

Alors que le score était de 2-1 pour les Croates, plusieurs fumigènes ont été jetés sur la pelouse par certains de leurs supporteurs. Des stadiers sont entrés sur le terrain pour tenter de les éteindre.

Un pétard a alors été lancé de la même tribune et a explosé aux pieds d'un stadier, d'abord étourdi par la détonation, qui s'est ensuite éloigné en courant alors que les joueurs croates faisaient des signes pour inciter leurs supporters au calme.

La rencontre a été interrompue quatre minutes par l'arbitre et le bout de tribune d'où venaient les fumigènes a été évacué par les stadiers.

Juste après la reprise du match, la République tchèque a égalisé grâce à un pénalty de Necid dans le temps additionnel. Une victoire aurait assuré à la Croatie une place en 8e de finale (elle avait battu la Turquie 1-0 dans le premier match).

"Je les appelle des hooligans, ce ne sont pas des supporters. Ils ne devraient pas se trouver dans les stades. Mais une partie des médias croates n'a pas été contente de mon opinion (sur le sujet)", a déclaré Cacic, qui avait déjà dit avant le premier match contre la Turquie que les supporters violents de son pays "ne sont pas des supporters croates".

"On parle de 5 à 10 individus, j'espère qu'on pourra les appréhender et que la Fédération croate va tout faire pour les arrêter. Ce sont des gens qui font peur, c'est pour ça qu'on les appelle les hooligans", a-t-il ajouté.

Le milieu de terrain Ivan Rakitic, buteur lors de la rencontre, a de son côté présenté "ses excuses" à l'UEFA et à toutes les personnes ayant vu ces incident.

"Peut-être qu'on sera obligé de jouer des matches à huis clos mais encore une fois, ce qui s'est passé est à cause de supporters stupides et non de la majorité", a-t-il dit.

Lors des qualifications de l'Euro, la Croatie avait déjà été sanctionnée d'un retrait d'un point, de deux matches à huis clos et d'une amende de 100.000 euros, pour une croix gammée tracée sur le terrain du match à domicile contre l'Italie en juin (1-1).

Durant cette rencontre du 12 juin 2015 comptant pour les qualifications à l'Euro, une croix gammée était visible sur la pelouse du stade de Split avant que des employés n'interviennent, à la mi-temps, pour en effacer les traces.

La Fédération croate (HNS) avait rapidement présenté ses excuses et dénoncé un incident "qui porte préjudice au football et à l'Etat croate".

Ce match s'était disputé dans un stade vide en raison de sanctions - déjà - de l'UEFA contre la sélection croate.

Lors du match contre la République tchèque, la Croatie a connu ce qui pourrait être un autre coup dur pour elle: la sortie sur blessure de son milieu de terrain Luka Modric.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG