Liens d'accessibilité

Être un "vrai" journaliste au Soudan, un métier risqué selon un rédacteur en chef


Des policiers lors des manifestations anti-gouvernement, dimanche a Khartoum

Des policiers lors des manifestations anti-gouvernement, dimanche a Khartoum

"Au Soudan, faire du vrai journalisme est un risque qui croît chaque jour davantage", déclare en anglais à l'AFP le journaliste Osmane Mirgani dans son bureau de Khartoum.

"Faire du vrai journalisme au Soudan est un risque", lance sans ambages Osmane Mirgani, un journaliste soudanais de renom, dont le quotidien est revenu dans les kiosques la semaine dernière après une interdiction de cinq mois.

M. Mirgani se dit content de pouvoir à nouveau sortir le journal indépendant Al-Tayar, dont il est rédacteur en chef, mais craint que cela ne soit de courte durée.

"Au Soudan, faire du vrai journalisme est un risque qui croît chaque jour davantage", déclare en anglais à l'AFP le journaliste dans son bureau de Khartoum.

"Il va falloir du temps pour qu'on réalise que la liberté d'expression (...) est profitable pour les deux: le peuple et le gouvernement", ajoute-t-il.

Al-Tayar a été suspendu trois fois jusqu'à présent par le puissant Service national du renseignement et de la sécurité (NISS), la plus longue interdiction ayant eu lieu pendant deux ans entre 2012 et 2014.

Le tirage du journal a été saisi au moins 15 fois par le NISS.

"Nous avons des lignes rouges non dites. A n'importe quel moment, nous pouvons franchir ces lignes rouges et nous retrouver de nouveau fermés", dit le journaliste.

"Chaque jour quand on lit notre journal (...), nous nous sentons heureux d'avoir pu survivre jusqu'au matin", dit cet homme de 54 ans qui a étudié l'ingénierie au Caire et aux Etats-Unis avant de se tourner vers le journalisme.

Depuis avril, le NISS a confisqué les tirages de plusieurs autres journaux comme Akher Lahza, Al-Saiha, Al-Taghyeer et Al-Garida, dont les articles ont été jugés inappropriés.

Dans son rapport 2016, Reporters sans frontières indique que le NISS "persécute les journalistes et pratique la censure, notamment à travers la saisie d'éditions déjà publiées ou la fermeture de journaux".

Le Soudan se situe parmi les derniers dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par cette ONG.

- 'Ne demandez pas pourquoi' -

Le président soudanais Omar el-Béchir limite l'accès des médias internationaux aux régions en conflit, comme au Darfour (ouest), alors que les ONG de défense des droits de l'Homme accusent régulièrement son régime de détenir des militants et des opposants politiques.

A la question de savoir pourquoi son journal est régulièrement visé, M. Mirgani dit que c'était peut-être en raison de son style direct et des sujets traités comme la corruption.

"Nous essayons de faire du journalisme indépendant. Nous essayons d'être un outil de réforme au Soudan", assure-t-il.

La dernière suspension d'Al-Tayar -150 jours- est survenue après la publication d'une série d'articles critiquant le gouvernement pour avoir réduit les subventions sur le carburant et l'électricité.

"Ils ne vous donnent jamais de notification écrite (...). Ils vous appellent juste au téléphone et disent +Vous êtes fermés à partir de demain. Ne demandez pas pourquoi+", explique M. Mirgani.

Al-Tayar est parvenu à sortir de nouveau après avoir fait appel à la Cour constitutionnelle -la plus haute cour de l'Etat- qui a ordonné la levée de l'interdiction.

M. Mirgani estime que cela prendra du temps pour qu'Al-Tayar reconquière ses lecteurs, mais il est fier du fait qu'aucun de ses 40 journalistes n'a quitté le navire pendant les mois de fermeture.

"Mais durant ces cinq mois, nous avons connu une situation financière critique", reconnaît-il.

Il déplore que dans un pays de 37 millions d'habitants, seuls 20 journaux se partagent le marché avec un tirage total de 300.000 exemplaire, dont 35.000 pour Al-Tayar.

"Les Soudanais respectent la presse écrite plus que la télévision (...) Le journal est encore l'outil d'information au Soudan", confie-t-il pourtant.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG