Liens d'accessibilité

Etats-Unis : un des premiers leaders de l’Al-Qaeda reconnu coupable


Sur ce dessin du 6 octobre 2012, salle d'audience, assis de gauche à droite, l'avocat de la défense Sabrina Shroff, les accusés Kahlid al-Fawwaz et Adel Abdul Bary et l'avocat Andrew Patel comparaissent devant un juge dans un tribunal fédéral de Manhattan à New York.

Sur ce dessin du 6 octobre 2012, salle d'audience, assis de gauche à droite, l'avocat de la défense Sabrina Shroff, les accusés Kahlid al-Fawwaz et Adel Abdul Bary et l'avocat Andrew Patel comparaissent devant un juge dans un tribunal fédéral de Manhattan à New York.

Un ressortissant saoudien - accusé d’avoir été un des premiers leaders d’Al-Qaeda – a été reconnu coupable jeudi, en rapport avec les attentats à la bombe de 1998 contre les ambassades américaines en Afrique de l’est.

Kahlid Al-Fawwaz, qui est âgé de 52 ans, a été reconnu coupable de 4 chefs d’accusation de complot par un jury.

Al-Fawwaz n’était pas accusé d’avoir aidé à planifier ces attentats d’août 1998, qui avaient fait 224 morts au Kenya et en Tanzanie.

Le ministère public lui reprochait surtout d’avoir, en prélude à ces attaques, disséminé les déclarations de guerre d’Osama Bin Laden auprès des médias à Londres.

Auparavant, il opérait un camp d’entrainement d’Al-Qaeda en Afghanistan et une cellule terroriste au Kenya.

La défense a soutenu que le prévenu n’était qu’un « dissident pacifique » qui partageait les objectifs de Ben Laden sur les réformes en Arabie Saoudite, mais ne le suivait pas dans ses appels à la violence.

Al-Fawwaz avait été arrêté à Londres en 1998 et extradé en 2002.

Il devait être jugé en même temps que son complice Abu Anas Al-Libi, mais ce dernier est décédé le mois dernier après une longue maladie.

Kahlid Al-Fawwaz risque la prison à vie.

XS
SM
MD
LG