Liens d'accessibilité

Trois Américains enlevés à Bagdad, les forces de sécurité mobilisées


Un militant combattant le gouvernement irakien en 2013. (AP)

Un militant combattant le gouvernement irakien en 2013. (AP)

Les forces de sécurité irakiennes ont lancé de vastes recherches pour retrouver trois Américains enlevés dans un appartement de Bagdad, la capitale d'Irak où le dernier rapt d'un Occidental remonte à plusieurs années.

Alors qu'aucune information n'était disponible sur leur sort ou leur identité, un porte-parole de la sécurité irakienne a affirmé que les Américains avaient "été enlevés dans un appartement suspect dans le quartier de Doura".

L'utilisation du terme "suspect" fait allusion à un lieu de prostitution.

Un colonel de la police s'exprimant sous le couvert de l'anonymat a expliqué que le traducteur irakien qui travaille pour les trois Américains les avait invités à "boire en compagnie de femmes" dans un appartement à Doura.

Ensuite, des miliciens ont attaqué l'appartement et les ont kidnappés, a-t-il dit. Les Américains enlevés semblent avoir été sortis du quartier Doura, où les forces de sécurité ne les ont pas retrouvés, selon lui.

Le rapt s'est déroulé dimanche selon ce colonel et le chef du Parlement irakien Salim Al-Joubouri mais des médias qu'il a lieu auparavant.

Les lieux de prostitution et les magasins d'alcool sont souvent la cible d'attaques des forces paramilitaires chiites formées de miliciens, qui jouent aujourd'hui un rôle majeur dans la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Irak.

"Le rapt de trois Américains hier (dimanche) et avant eux celui de Qatariotes témoigne de la multiplication des opérations de bandes organisées en Irak", a déclaré M. Joubouri, en condamnant l'enlèvement des Américains.

Le département d'Etat à Washington avait annoncé dimanche la disparition d'Américains en Irak sans fournir d'autres précisions, notamment s'il s'agissait de militaires ou de civils contractuels travaillant pour l'immense ambassade des Etats-Unis à Bagdad.

"Nous travaillons en pleine coopération avec les autorités irakiennes pour localiser et retrouver ces individus", a-t-il ajouté.

Le dernier rapt connu d'un Occidental remonte à janvier 2010. Un Américain d'origine irakienne, Issa T. Salomi, avait alors été porté disparu à Bagdad 2010 avant d'être relâché par le puissante groupe chiite Asaib Ahl al-Haq, qui est aujourd'hui l'un des principaux groupes des forces paramilitaires chiites.

L'EI n'est pas très présent à Bagdad même s'il y mène souvent des attaques meurtrières.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG