Liens d'accessibilité

Etats-Unis : mort du chanteur de l’hymne des droits civiques


Chantant "We Shall Overcome", le président Barack Obama, quatrième de la gauche, marche tenant la main avec Amelia Boynton, qui a été tabasséu lors de "Bloody Sunday", avec la première famille et d’autres personnes

Chantant "We Shall Overcome", le président Barack Obama, quatrième de la gauche, marche tenant la main avec Amelia Boynton, qui a été tabasséu lors de "Bloody Sunday", avec la première famille et d’autres personnes

Le chanteur Guy Carawan qui a rendu populaire "We Shall Overcome", l'hymne du mouvement américain des droits civiques dans les années 1960, est mort à l'âge de 87 ans, a-t-on appris auprès d'un centre de recherche dont il était proche.

Selon le centre pour la recherche et l'éducation Highlander, très actif dans le sud des Etats-Unis, Guy Carawan est décédé le 2 mai dans le Tennessee.

Né en Californie, l'artiste a très vite saisi le pouvoir de la musique folk pour galvaniser le mouvement des droits civiques qui luttait pour la reconnaissance des droits des Noirs.

Il n'a pas écrit "We Shall Overcome" (Nous réussirons), un air qui trouve sa source dans la culture afro-américaine, mais il a réussi à le populariser jusqu'à en faire l'hymne officieux des militants de la cause noire au tout début des années 60.

La chanson s'est d'ailleurs à ce point enracinée dans le milieu militant que le président démocrate Lyndon B. Johnson avait repris la phrase "We shall overcome" dans un discours prononcé après la marche de Selma en Alabama, en mars 1965, violemment réprimée par les autorités.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG