Liens d'accessibilité

Etats-Unis : les NIH cesseront pratiquement d’utiliser les chimpanzés


Fin 2011, le NIH a cessé de financer les nouvelles recherches impliquant des chimpanzés

Fin 2011, le NIH a cessé de financer les nouvelles recherches impliquant des chimpanzés

Les instituts nationaux de santé (NIH) prévoient de cesser pratiquement d’utiliser des chimpanzés dans la recherche biomédicale au cours des prochaines années.

Quelques 310 chimpanzés seront réinstallés dans des sanctuaires. Cinquante resteront à la disposition des études médicales essentielles qui ne pourraient pas aboutir autrement.

Selon le directeur du NIH, le Dr. Francis Collins, les chimpanzés – les animaux les plus proches de l'homme au plan génétique – « méritent une attention particulière ».

Je suis convaincu que réduire considérablement leur utilisation dans la recherche biomédicale est une bonne chose, au plan scientifique et moral, a-t-il ajouté.

« Les Américains ont grandement bénéficié des services rendus par les chimpanzés pour la recherche biomédicale, mais de nouvelles méthodes et technologies scientifiques ont rendu leur utilisation dans la recherche largement inutile » a poursuivi le Dr. Collins.

Cette annonce est intervenue deux semaines après que le ministère américain des pêches et de la faune sauvage (US Fish and Wildlife Service) eut appelé à la protection de tous les chimpanzés, non seulement à l'état sauvage, mais également en captivité, au motif qu’ils sont en voie de disparition. Une décision saluée par les groupes de défense des animaux, même si certains chercheurs ont exprimé leur déception, avertissant que cela ralentirait le développement d'un vaccin contre l'hépatite C.

C’est fin 2011 que le NIH a cessé de financer les nouvelles recherches impliquant des chimpanzés.
XS
SM
MD
LG