Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le président Obama dénonce les inégalités économiques


Barack Obama a choisi Anacostia, un des quartiers les pauvres de la capitale, pour son discours

Barack Obama a choisi Anacostia, un des quartiers les pauvres de la capitale, pour son discours

Le président américain Barack Obama s’est prononcé, mercredi, contre le fossé qui ne cesse de s’élargir entre riches et pauvres ici aux Etats-Unis. Il s’était rendu à Anacostia, l’un des quartiers les plus pauvres de Washington, pour parler « d’inégalités » et de « progrès » économiques, ainsi que des risques que les problèmes économiques font courir à la réalisation du rêve américain.

A son avis, le gouvernement doit contrer cette double tendance qui se renforce depuis des décennies. Dans un discours au Centre pour le Progrès américain, un think tank qui prône une position progressiste sur les questions économiques, le président a cité une récente décente déclaration du Pape François pour étayer son propos, disant : « Certains d’entre vous peuvent avoir vu, la semaine dernière, que le Pape a parlé de cette situation avec une grande éloquence. Comment est-il possible, a-t-il écrit, qu’une personne âgée, réduite à vivre dans la rue, meurt ne soit pas une nouvelle, tandis que la baisse de deux points en bourse en soit une ? »

Des enfants d'Anacostia

Des enfants d'Anacostia

Le chef de l’exécutif américain a expliqué que, depuis qu’il a obtenu son bac en 1979, l’économie américaine a doublé de taille, mais que la richesse ainsi engendrée est répartie entre un petit nombre d’Américains.

« Cette inégalité croissante est plus prononcée dans notre pays, et constitue un défi à l’essence-même de l’Amérique, en tant que peuple », a-t-il déclaré.

Le président Obama a encouragé ses concitoyens à ne pas considérer cette question d’inégalité comme le souci d’une seule minorité, disant que le fossé concernant les opportunités touche aussi bien les questions de classe que de race. Pour M. Obama, cette absence d’opportunités économiques est le plus grand défi de nos temps. Et les résultats de ces débats en cours à Washington auront des « implications réelles » pour l’avenir du pays, a-t-il indiqué.

Le discours du président Obama suit de peu un sondage de l’Université Harvard, publié quelques heures plus tôt, et qui montre que les jeunes gens, âgés de 18 à 29 ans, sont mécontents de pratiquement tous les aspects de sa performance depuis sa réélection : gestion de l’économie, soins de santé, politique étrangère, budget fédéral. Malgré tout, 46% d’entre eux se disent prêts à voter encore pour lui, s’ils devaient le refaire.
XS
SM
MD
LG