Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le perdant de la présidentielle ne sera pas exclu du prochain gouvernement afghan


John Kerry (à g.) était à Kaboul ce weekend pour forger un accord entre les deux principaux candidats à l'élection présidentielle en Afghanistan (Photo Reuters)

John Kerry (à g.) était à Kaboul ce weekend pour forger un accord entre les deux principaux candidats à l'élection présidentielle en Afghanistan (Photo Reuters)

Un responsable de l'administration américaine s’est refusé à préciser lundi la composition du futur gouvernement afghan, mais a déclaré aux journalistes que le perdant du second tour de l'élection présidentielle ne sera exclu du processus de gouvernance.

Ce weekend, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a facilité un accord entre les deux candidats à la présidentielle afghane, Abdullah Abdullah et Ashraf Ghani. Ils ont convenu d'un audit complet par la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) des bulletins de vote déposés lors du deuxième tour de l’élection présidentielle. Et ils se sont engagés à respecter les résultats publiés au terme de cet audit.

Toujours selon ce haut responsable de l’administration, les deux candidats ont également convenu de la mise en place d’un cadre qui orienterait l’Afghanistan vers une union et stabilité durables. Selon le New York Times, un tel cadre prévoit entre autre la mise en place d'une démocratie parlementaire avec un Premier ministre à la tête du gouvernement et un président à la tête de l'Etat.

Le haut responsable américain n'a pas voulu confirmer ces informations, se contentant de dire que les Afghans doivent définir ce cadre eux-mêmes, et instituer des réformes constitutionnelles au cours des prochaines années pour s'assurer que tous soient représentés équitablement.

Des millions d'Afghans ont participé au premier tour des élections présidentielles le 5 avril, défiant les menaces de violence de la milice islamiste des talibans M. Abdullah a remporté le premier tour, mais les résultats préliminaires du second tour donnaient l’avantage à M. Ghani.

M. Abdullah a rejeté ces résultats, accusant le président sortant, Hamid Karzaï, les autorités électorales et son rival de collusion, et d’avoir truqué le vote qui pourrait conduire à la première passation de pouvoir pacifique dans l'histoire de l'Afghanistan.

XS
SM
MD
LG