Liens d'accessibilité

Les Etats-Unis exhortent l'Ethiopie à libérer des journalistes


Des journalistes éthiopiens manifestent pour la liberté de la presse devant l'ambassade éthiopienne à Nairobi, le mardi 2 mai 2006. (AP Photo / Sayyid Azim)

Des journalistes éthiopiens manifestent pour la liberté de la presse devant l'ambassade éthiopienne à Nairobi, le mardi 2 mai 2006. (AP Photo / Sayyid Azim)

Les Etats-Unis ont appelé mercredi l'Ethiopie à cesser d'utiliser une loi anti-terroriste controversée pour emprisonner des journalistes, sur un ton de reproche inhabituel à l'égard d'un allié-clé de Washington en Afrique.

Le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche, Ned Price, n'a pas précisé quels journalistes étaient concernés mais il s'exprimait dans un contexte de répression sévère en Ethiopie contre l'opposition.

"Nous sommes très préoccupés par les récentes arrestations de (...) journalistes en Ethiopie", a affirmé M. Price dans un communiqué.

"Nous exhortons le gouvernement éthiopien à libérer les journalistes et toutes les autres (personnes) emprisonnées pour avoir exercé leur droit à s'exprimer librement", a-t-il ajouté.

La Maison Blanche appelle l'Ethiopie à "ne pas utiliser sa loi anti-terroriste comme un moyen de faire taire les dissidents et à protéger les droits des journalistes, des blogueurs et des opposants à écrire et à parler librement".

Samedi, l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) avait rapporté qu'au moins 75 personnes avaient été tuées ces dernières semaines par les forces de sécurité éthiopiennes dans la région Oromia lors de manifestations contre un projet gouvernemental d'expropriations de terres.

Barack Obama s'était rendu en juillet dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, qui est aussi le siège de l'Union africaine, et Washington est vu comme étant assez proche du gouvernement de Hailemariam Desalegn. Mais le président américain s'était bien gardé de saluer son bilan en matière de droits de l'homme.

"Les Etats-Unis citent toujours l'Ethiopie comme étant un modèle et une voix du développement en Afrique", a relevé Ned Price.

"Mais de tels gains ne peuvent être durables que s'ils sont fondés sur une gouvernance démocratique et le respect des droits de l'homme", a-t-il ajouté.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG