Liens d'accessibilité

Est de la RDC: libération de trois humanitaires retenus en otage


Photo d’archives à titre d’illustration: Une école construite avec le soutien de l’ONG Save The Children en République démocratique du Congo. (UNESCO / M.Hofer)

Photo d’archives à titre d’illustration: Une école construite avec le soutien de l’ONG Save The Children en République démocratique du Congo. (UNESCO / M.Hofer)

Trois employés congolais de l'organisation humanitaire Save The Children retenus en otage durant sept jours par des ravisseurs non identifiés dans l'est de la République démocratique du Congo ont été "libérés" mardi, selon leur ONG.

"Je confirme que nos trois employés ont été libérés et ils sont en bonne santé", une semaine après leur enlèvement, a déclaré à l'AFP Heather Kerr, directrice pour la RDC de l'ONG Save The Children.

Les trois hommes avaient été enlevés le 3 mars dans le territoire de Lubero, région du centre-est de la province du Nord-Kivu, par des hommes armés alors qu'ils étaient dans un convoi de deux véhicules, avant d'être emmenés dans la brousse, selon leur ONG.

Interrogée, Mme Kerr n'a pas pu préciser les circonstances ni les conditions qui ont conduit à la libérations des otages.

Au lendemain de l'enlèvement, le Bureau de coordination aux affaires humanitaires de l'ONU en RDC (Ocha) avait condamné cette attaque et espéré que "les trois personnes seront relâchées aussitôt que possible et sans conditions".

Ocha avait également dénoncé "la tendance croissante des attaques contre les travailleurs humanitaires dans l'est de la RDC".

En mars 2015, deux employés congolais de Save the children avaient déjà été retenus en otage pendant 48 heures par des ravisseurs non identifiés dans le territoire de Rutshuru (sud de la province du Nord-Kivu) avant d'être libérés par les forces de l'ordre.

Depuis deux décennies, l'est de la RDC est en proie à une instabilité chronique causée par des groupes armés locaux et étrangers auteurs de graves violences pour des raisons ethniques, foncières ou pour le partage des immenses ressources minières de la région.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG