Liens d'accessibilité

Espoir dans la lutte contre Ebola


Des travailleurs de la santé luttant contre le virus à Ebola en Afrique de l'Ouest

Des travailleurs de la santé luttant contre le virus à Ebola en Afrique de l'Ouest

Un médecin d’une région rurale du Libéria affirme avoir obtenu de bons résultats en traitant les victimes de cette fièvre hémorragique avec un médicament utilisé jusqu’à présent pour combattre le VIH, le virus qui cause le SIDA.

En désespoir de cause, faute de pouvoir offrir autre chose aux malades qui se présentaient devant lui, le Dr Gorbee Logan a donné ce médicament, la lamivudine, à 15 victimes de l’Ebola. Tous, sauf deux, ont survécu, soit un taux de mortalité approximatif de 13%. Par contre, dans le reste de l’Afrique de l’Ouest, le taux de mortalité du virus à Ebola est chiffré actuellement à 70 %.

Les patients qui ont survécu ont été traités rapidement, dans les cinq premiers jours après l’apparition des symptômes. Les deux malades qui sont décédés ont pris la lamivudine dans les cinq à huit jours après le début des symptômes.

A noter que la lamivudine peut avoir des séquelles, notamment entrainer des déficiences du foie. Néanmoins, lorsqu’il s’agit de vie ou de mort, plus question d’hésiter.

Comment le Dr Logan a-t-il eu l’idée d’utiliser la lamivudine ? C’est en lisant dans une revue scientifique que le VIH et l’Ebola se reproduisent dans le corps de la même façon. Il a d’abord essayé un autre médicament contre le VIH, l’acyclovir, mais sans résultat. Il s’est alors tourné vers la lamivudine.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG