Liens d'accessibilité

Espionnage américain : un ministre israélien calme le jeu


Benjamin Netanyahu, à la 66ème Assemblée générale de l'ONU

Benjamin Netanyahu, à la 66ème Assemblée générale de l'ONU

La tension est quelque peu montée entre les Etats-Unis et Israël après que Wall Street Journal a révélé que Washington a surveillé les communications de M. Netanyahu lors des discussions sur le nucléaire iranien.

Un ministre proche du chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël était déjà au courant que des pays amis essayaient de l’espionner; une façon de calmer le jeu après les révélations selon lesquelles Washington a surveillé les communications de M. Netanyahu.

La tension est quelque peu montée entre les Etats-Unis et Israël après que le Wall Street Journal a révélé que Washington a surveillé les communications de M. Netanyahu lors des discussions sur le nucléaire iranien.

"Je ne tombe pas des nues en entendant les informations du Wall Street Journal", a déclaré Youval Steinitz, ministre de l'Energie, à la radio publique.

"Israël n'espionne pas les Etats-Unis et n'écoute pas les Américains, nous respectons cette règle et nous attendons que les autres en fassent de même. Mais nous ne sommes pas naïfs, nous savons que des pays, et apparemment même des pays amis comme les Etats-Unis, essayent de le faire", a affirmé M. Steinitz, chargé entre 2013 et 2015 du dossier iranien en tant que ministre des Renseignements et des Affaires stratégiques.

Dans un article publié mardi, le quotidien américain affirme que l'agence de renseignement américaine NSA a écouté au printemps des conversations de M. Netanyahu pour contrecarrer la campagne du Premier ministre israélien contre la signature d'un accord sur le nucléaire avec l'Iran.

Le Premier ministre et ses conseillers auraient fait fuiter des détails des négociations en cours sur le nucléaire dans le but de les faire capoter, selon le Wall Street Journal.

En mars, Israël avait démenti des informations du quotidien selon lesquelles il espionnait les négociations qui se tenaient alors sur le programme nucléaire iranien entre Téhéran et les grandes puissances.

Malgré ces accusations d'espionnage réciproque, Youval Steinitz, un proche de longue date de M. Netanyahu, a assuré qu'Israël savait "défendre ses intérêts" et ses secrets les plus sensibles.

Il a aussi réaffirmé l'amitié entre Israël et les Etats-Unis, "notre plus grand ami et le plus important", et la "coopération excellente" entre les deux pays dans le domaine des renseignements.

Interrogés par l'AFP, le bureau de Benjamin Netanyahu ainsi que le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères n'ont pas souhaité faire de commentaire.

De son côté, la Maison Blanche n'a pas démenti mardi l'article du Wall Street Journal mais a insisté sur la profondeur de ses liens avec Israël.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG