Liens d'accessibilité

Enlèvements de Camerounais à Garoua-Boulaï


Des réfugiés centrafricains dans la ville de Garoua-Boulaï

Des réfugiés centrafricains dans la ville de Garoua-Boulaï

Des anti-balaka sont soupçonnés d'avoir kidnappé ces personnes pour exiger la libération d’un de leurs leaders , Abdoulaye Miskine, et de 10 autres personnes détenues à Yaoundé

Selon le gouverneur de la région de l’Est, Dieudonné Ivaha Diboua, les ravisseurs se faisaient passer pour des réfugiés quand ils ont procédé aux enlèvements cette semaine dans la localité frontalière de Garoua Boulaï :

Abdoulaye Miskine a été arrêté il y a un an alors qu’il se cachait près de la frontière, et conduit ensuite à Yaoundé où il est détenu depuis. Selon le gouverneur Ivaha Biboua, des soldats ont été immédiatement dépêchés sur les lieux, où ils ont réussi à libérer 4 des otages peu après leur rapt.

Le colonel Didier Badjeck, porte-parole militaire camerounais, déplore que les factions anti-balaka attaquent son pays, alors que des soldats camerounais risquent leurs vies au sein de la mission internationale de maintien de la paix pour rétablir la stabilité en République centrafricaine :

L’attaque contre Garoua Boulaï est la seconde imputée à des anti-balaka ces dernières semaines au Cameroun.

Le pays, qui a une frontière de 800 km avec la Centrafrique, a actuellement sur son territoire près de 300.000 réfugiés centrafricains.

XS
SM
MD
LG