Liens d'accessibilité

Eni va raffiner 150 000 barils par jour au Nigeria

  • VOA Afrique

Un femme passe devant une station essence appartenant au groupe italien ENI, à Abuja, le 24 janvier 2006.

La filiale Agip du groupe pétrolier italien Eni prévoit de raffiner 150.000 barils par jour au Nigeria, a indiqué le secrétaire d'Etat au Pétrole, Emmanuel Ibe Kachikwu, s'inscrivant dans la politique publique d'améliorations des capacités de raffinage.

"Ils ont accepté nos conditions et préparent un protocole d'accord", a-t-il expliqué, précisant que les détails de l'investissement du groupe pétrolier étaient encore en discussion.

Selon M. Kachikwu, un accord a été trouvé avec le groupe Eni pour la construction d'une raffinerie, dans les régions de Port Harcourt (Etat de Rivers) ou de Brass (Etat de Bayelsa), a-t-il expliqué après avoir rencontré les représentants du groupe.

Découvert au début des années 1960 dans le delta du Niger (sud), le pétrole constitue depuis la principale source de richesse du pays. Mais en raison de capacités de raffinage limitées, le Nigeria est obligé d'exporter son pétrole avant d'importer des produits raffinés.

"Les compagnies pétrolières opérant au Nigeria doivent faire évoluer leur activité, en installant des capacités de raffinage localement, afin de pouvoir répondre à la demande nationale", a ajouté le secrétaire d'Etat au Pétrole.

Le gouvernement travaille à améliorer les capacités des raffineries publiques et subventionne les prix à la pompe. Le Nigeria consomme 45 millions de litres d'essence par jour, et les quatre raffineries présentes aujourd'hui sur le territoire ne peuvent répondre à cette demande.

Avec une production de l'ordre de deux millions de barils/jour, le pétrole compte pour environ 70% des revenus de l'Etat et 90% des réserves de devises étrangères du pays.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG