Liens d'accessibilité

Déclaration de N’Djaména sur les enfants-soldats

  • François Djékombé

Enfants-soldats sur le champ de bataille de Hadjer marfain dans l'est du Tchad.

Enfants-soldats sur le champ de bataille de Hadjer marfain dans l'est du Tchad.

Compte-rendu de la conférence de la conférence de N'Djaména sur les enfants soldats par notre correspondant François Djékombé. Les pays participants ont signé une déclaration dite de N'Djaména les engageant à mener "treize importantes actions" pour arrêter le recrutement des enfants-soldats.

Fin de la Conférence internationale sur les enfants-soldats de N'Djaména
La rencontre de trois jours sur les enfants-soldats s’est terminée ce mercredi. Elle s’inscrit dans le cadre de la campagne de l’Unicef a lancé pour encourager les pays à ratifier le Protocole facultatif de la Convention internationale des droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés.

Des représentants du Nigeria, du Tchad, du Soudan, du Niger et de la République centrafricaine ont participé à cette conférence. Les participants ont entendu de nombreux témoignages émouvants d’anciens enfants-soldats de venus de la RDC, du Liberia et de la Sierra Leone.

La Déclaration de N’Djaména qu’ils ont signée engage leurs pays respectifs à mener « treize importants actions » de nature a « arrêter finalement le recrutement des enfants-soldats dans les groupes armées et favoriser, côté financier, des programmes pour la baisse de la pauvreté, et donc pour l’emploi et l’éducation de ces enfants», a dit Marzio Babille, représentant de l’Unicef au Tchad.

Selon Marzio Babille, près de 250 000 enfants de moins de 18 ans participent dans une trentaine de conflis à travers le monde. Rien qu’au Tchad, ces trois dernières années, l’agence onusienne a aidé à démobiliser plus 800 enfants-soldats. Mais en République centrafricaine, la difficulté, a dit M. Babille c’est que les enfants rejoignent volontairement les groupes armés parce qu’ils n’ont pas d’autres choix et on leur fait croire qu’ils obtiennent un plus grand statu social. En République Démocratique du Congo certains « Kadogos » ou enfants-soldats n’ont même pas la taille du fusil mitrailleur qu’ils portent.


XS
SM
MD
LG