Liens d'accessibilité

En Mauritanie apostasie ou hérésie, la peine de mort est maintenue


Drapeau de la r[publique islamique de Mauritanie

Drapeau de la r[publique islamique de Mauritanie

L’affaire du blogueur condamné à mort est renvoyée devant la Cour Suprême mauritanienne.

Devant la Cour d’appel de Nouadhibou les faits ont été requalifiés mais la peine de mort a été maintenue ce jeudi 21 avril pour un blogueur détenu depuis janvier 2014.

Mohamed Cheikih Ould Mkheitir n'est plus condamné pour « apostasie », mais pour « mécréance ». C'est une accusation moins lourde selon le Code pénal. L'affaire est maintenant renvoyée vers la Cour suprême qui doit apprécier la sincérité du repentir du blogueur et éventuellement décider d'une relaxe du prisonnier.

Cela fait deux ans et trois mois que Mohamed Cheikh ould Mkheitir a été arrêté Dans un blog paru brièvement sur le net, il avait critiqué ceux qui utilisent l’islam pour justifier le phénomène des castes. Cet article a été jugé blasphématoire envers le prophète et l'islam, il a choqué la partie la plus conservatrice de l'opinion mauritanienne qui a salué à l'époque sa condamnation à mort.

Aujourd'hui, une porte de sortie semble se dessiner même si pour l’instant l'accusé est toujours condamné à mort. Sur VOA Afrique, Me Fatimata Mbaye qui a assuré la défense du condamné "il y a une confusion dans le libellé du jugement. La Cour a prononcé en même temps sa condamnation à mort ce qui est impossible dans le cas où il y a disqualification et renvoi devant la Cour suprême, la cour d’appel aurait pu condamner Mkheitir à deux ans de prison maximum"

La Mauritanie doit annuler la condamnation à mort prononcée contre ce blogueur le libérer sans condition, a déclaré Amnesty International mercredi 20 avril, avant son audience. "La peine capitale ne doit être utilisée sous aucune circonstance. La condamnation de Mohamed Mkhaïtir à ce châtiment, pour avoir écrit un billet de blog critiquant ceux qui utilisent la religion à des fins de discrimination, est injuste et montre jusqu’où les autorités mauritaniennes sont prêtes à aller pour essayer d’écraser la dissidence », a déclaré Gaëtan Mootoo, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

"Les autorités mauritaniennes doivent annuler cette condamnation et libérer cet homme immédiatement et sans condition."

Mohamed Mkhaïtir, 33 ans, a été condamné à la peine capitale en décembre 2014, après avoir passé un an en détention provisoire. Il est la première personne condamnée à mort pour apostasie depuis que la Mauritanie a accédé à l'indépendance en 1960.

XS
SM
MD
LG