Liens d'accessibilité

En chiffres : la place des femmes en Afrique


Les femmes africaines font face à de nombreux défis au sein de leurs sociétés.

Le thème de la journée internationale des droits des femmes 2017 est "les femmes dans un monde du travail en évolution: pour un monde 50-50 en 2030". VOA Afrique se penche sur la place des femmes africaines dans les domaines de la politique, l'agriculture et l'éducation.

Grâce aux rapports publiés par la Banque africaine de Développement (BAD), Inter-Parliamentary Union, la Banque mondiale, l'OCDE, les données dressent un portrait révélateur des femmes en Afrique.

Les femmes et la politique

En Afrique sub-saharienne, 22,3% des parlementaires sont des femmes en 2015, contre 8% en 1995. Un grand pas donc pour le continent, et se positionne dans la moyenne mondiale (22,1% en 2015).

Cette évolution de la place des femmes en politique s'explique par la mise en place de quotas. Au Rwanda et au Burkina Faso, les femmes doivent représenter de 30% des parlementaires.

Malheureusement, deux pays africains ont vu le nombre de femmes siégeant au Parlement baissé entre 1995 et 2015 : le Botswana et le Tchad.

Les femmes et l'agriculture

Dans le domaine de l'agriculture, 40% des travaux agricoles sont entrepris par des femmes, mais elles produisent 80% des denrées alimentaires dans les ménages.

D'ailleurs, le chômage les touche davantage : 10,6% des femmes sont sans emploi, contre 8,2% pour les hommes, selon la Banque mondiale.

Des femmes d'une ferme ramassent des graines de cacao à Djangobo, Niable, en Côte d'Ivoire, le 17 novembre 2014.

Des femmes d'une ferme ramassent des graines de cacao à Djangobo, Niable, en Côte d'Ivoire, le 17 novembre 2014.

Selon les pays, la femme est parfois plus représentée dans les champs.

En Ouganda, Tanzanie et Malawi, elles sont au-dessus de 50%.

À l'inverse, en Ethiopie et au Niger, elles représentent respectivement 29% et 24% de la main d'oeuvre.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture - (FAO) s'est récemment réuni avec plusieurs organisations pour discuter sur le thème : "Aux côtés des femmes rurales, intensifions nos efforts pour en finir avec la faim et la pauvreté".

"Permettre aux femmes de participer plus efficacement aux activités agricoles revient à réduire le nombre de personnes souffrant de la faim et de la malnutrition sous toutes ses formes. Cela entraîne aussi une amélioration du bien-être des enfants et des familles, qui contribue à la formation du capital humain des générations futures et à la croissance économique à long terme", explique la FAO.

Les femmes et l'éducation

L'accès à l'éducation diffère grandement d'un pays à l'autre.

Une jeune fille congolaise à l'entrée de son école à Kinshasa, le 20 juin 2005.

Une jeune fille congolaise à l'entrée de son école à Kinshasa, le 20 juin 2005.

Dans le rapport "Laissées pour compte", l'Unesco présente des chiffres qui montrent les problèmes cruciaux dans le système éducatif.

  • 28 millions de filles et d'adolescentes, qui ont l'âge d'être scolarisées, n'iront probablement jamais à l'école.
  • En RDC, 10% des filles n'iront jamais à l'école, 27% ont abandonné, et 63% commenceront tardivement (contre respectivement 5%, 9% et 66% pour les garçons).
  • Au Mali, 92% des filles n'iront jamais à l'école, 3% ont abandonné, et 5% commenceront tardivement. Les chiffres sont similaires pour les garçons.
  • Au Niger, on note une plus grande différence entre les sexes : 91% des filles n'iront jamais à l'école, 3% ont abandonné, et 6% commenceront tardivement (contre respectivement 83%, 4% et 12% pour les garçons).

Selon l'Unicef, si toutes les femmes finissaient l'école primaire, la mortalité maternelle serait réduite de 70%, sauvant près de 50 000 vies.

Pour aller plus loin

Sur le site Wikigender, vous trouverez toutes les données par pays dans les domaines de l'éducation, des institutions sociales, de la santé et de l'emploi.

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG