Liens d'accessibilité

Elections de novembre aux Etats-Unis: les républicains, optimistes


Les républicains espèrent profiter de la baisse de popularité du président Barack Obama (AP)

Les républicains espèrent profiter de la baisse de popularité du président Barack Obama (AP)

A moins d’un mois des élections de mi-mandat ici aux Etats-Unis, les républicains sont persuadés de pouvoir contrôler le Sénat et de la Chambre des représentants. Les résultats de quelques circonscriptions détermineront quel parti sera majoritaire dans les deux chambres, ce qui aura un impact significatif sur les deux dernières années du président Barack Obama à la Maison-Blanche.

Les Américains iront aux urnes le 4 novembre pour renouveler l’ensemble de la Chambre des Représentants et le tiers du Sénat. La faible côte de popularité de M. Obama, combinée aux inquiétudes des Américains au sujet de l’économie nationale, préparent le terrain à une vigoureuse prestation des républicains aux élections de novembre.

Dans l’espoir de s’en tirer, plusieurs sénateurs démocrates en difficulté dans leurs circonscriptions ont pris leur distance vis-à-vis du président, relève l’analyste Charlie Cook. « Sur quoi portent les élections de mi-mandat, en particulier celles du second mandat ? Elles sont un référendum sur le président sortant. Je vais utiliser un terme technique ici : c’est un mauvais contexte politique pour les démocrates. »

Deux ans après la réélection du président Obama, les spécialistes s’accordent à reconnaître que les républicains ont l’avantage. Ils devraient, selon les prévisions, maintenir ou étendre leur majorité à la Chambre des représentants. La question reste de savoir s’ils pourront également effectuer une poussée en novembre pour gagner au moins six sièges au Sénat, ce qui leur permettrait d’arracher le contrôle de la Chambre haute. Il est trop tôt pour le dire, estime Karlyn Bowman de l’American Enterprise Institue.

« Je ne suis pas sure que nous verrons une vague géante qui profiterait aux Républicains. De toute évidence, ils arracheront quelques sièges au Sénat, mais il est prématuré de dire s’ils en auront assez pour en prendre le contrôle », affirme Mme Bowman.

Qu’à cela ne tienne, de plus en plus de spécialistes croient que l’opposition a, plus que jamais, des chances de reprendre le Sénat. John Fortier du Centre bipartisan de politique de Washington est du nombre. « Les élections de mi-mandat ont tendance à être un peu plus républicaines. Les Républicains sortent en plus grand nombre. Il y a moins d’afflux aux urnes que lors des présidentielles. Pour toutes ces raisons, je pense que le vent tournera en leur faveur » déclare M. Fortier.

Le stratège républicain Neil Newhouse reste tout de même prudent. Côté démocrate, on relève quelques points positifs pour le président Obama en rapport avec sa décision de frapper les djihadistes de l’Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie. Le moins qu’on puisse dire est que les empoignades entre républicains et démocrates se poursuivront jusqu’au scrutin de novembre.

XS
SM
MD
LG