Liens d'accessibilité

Sexisme en Egypte : peine de prison réduite pour Taimour Subki


Chrétiennes coptes égyptiennes dans l'Eglise de la Vierge Marie à el-Aour, près de Minya, à 220 kilomètres au sud du Caire, Egypte, 16 février 2015. (AP Photo / Hassan Ammar)

Chrétiennes coptes égyptiennes dans l'Eglise de la Vierge Marie à el-Aour, près de Minya, à 220 kilomètres au sud du Caire, Egypte, 16 février 2015. (AP Photo / Hassan Ammar)

La peine de trois ans de prison infligée à un Egyptien, qui avait affirmé que de nombreuses femmes du sud de son pays étaient adultères, a été réduite à trois mois.

Taimour Subki, qui animait une page sur Facebook intitulée "Journal d'un mari accablé", avait été condamné à trois ans de prison le 12 mars au Caire pour avoir colporté de "fausses nouvelles troublant la paix publique". Il avait fait appel.

Il a été condamné par une cour d'appel de la banlieue du Caire à seulement trois mois pour le même chef d'inculpation, a indiqué à l'AFP un responsable de cette juridiction, qui n'a pas précisé les motivations du jugement.

En décembre, M. Subki était l'invité d'un talk-show de la chaîne privée CBC. "De nombreuses femmes trompent leur mari... Je dirais que 30% des femmes sont perverses", avait-il lancé, ajoutant, "A Assiout, Minya, Sohag, Qena, Louxor et Assouan", des villes du sud, considéré comme plus conservateur que le reste de l'Egypte.

Cette remarque est passée inaperçue un temps mais la vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux, provoquant un tollé qui a conduit les autorités à brièvement suspendre le talk-show de CBC le 16 février. Le 18, Taimour Subki, qui avait alors déclaré que ses propos avaient été "sortis de leur contexte", était arrêté.

"Je ne voulais insulter personne en particulier, je parlais de manière générale", avait-il commenté sur Facebook quand il avait senti venir le scandale.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG