Liens d'accessibilité

Egypte : faible participation de 26,5% au 1er tour des législatives


Vote lors des élections législatives de Gizeh, en Egypte, 18 octobre 2015. Hamada Elrasam (VOA)

Vote lors des élections législatives de Gizeh, en Egypte, 18 octobre 2015. Hamada Elrasam (VOA)

Le premier tour des élections législatives en Egypte, organisé dimanche et lundi dans la moitié des provinces du pays, a été marqué par taux de participation faible de 26,5%, alors que ce scrutin est joué d'avance en faveur du président Abdel Fattah al-Sissi.

Mercredi lors d'une conférence de presse au Caire, le président de la commission électorale Ayman Abbas a annoncé "un taux de participation de 26.56%" pour le premier tour.

Plus de 27 millions d'électeurs étaient appelés à voter dimanche et lundi dans 14 des 27 provinces du pays, lors de la première phase de ces législatives qui se dérouleront sur un mois et demi.

Selon les observateurs, ces élections sont jouées d'avance et le Parlement de 596 députés sera une chambre d'enregistrement pour les décisions de M. Sissi, l'ex-chef de l'armée qui réprime toute opposition depuis qu'il a destitué son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi en 2013.

Le chiffre de 26,5% est faible comparé au taux de participation de 62% enregistré lors de la première phase des législatives de 2011, remportées par la confrérie des Frères musulmans dont est issu M. Morsi et aujourd'hui déclarée "organisation terroriste".

Ce scrutin s'était tenu quelques mois seulement après la révolte populaire de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir et avait été marqué par un enthousiasme sans précédent, tranchant avec la quasi-indifférence qui a accueilli les législatives de 2015.

Les élections actuelles se déroulent en l'absence quasi-totale de toute opposition.

Avec plus de 1.400 manifestants pro-Morsi tués, plus de 15.000 membres de sa confrérie des Frères musulmans ou sympathisants emprisonnés et des centaines condamnés à mort dans des procès de masse expéditifs, M. Sissi a éliminé comme il l'avait promis l'opposition islamiste.

Il s'en est pris ensuite à l'opposition laïque et libérale, faisant arrêter les figures de la révolte de 2011.

La majorité des Egyptiens continue toutefois de voir M. Sissi comme le seul homme fort capable de sécuriser le pays et de restaurer une économie à genoux.

Les députés sont élus selon un mode de scrutin complexe, mêlant scrutin uninominal et de liste. Le mode de scrutin uninominal concerne 448 sièges du Parlement, tandis que 120 autres seront élus au scrutin de liste et 28 nommés par le président.

Avec seulement quatre candidats élus dès le premier tour au scrutin uninominal, les électeurs sont de nouveau appelés à voter les 27 et 28 octobre pour départager les autres candidats admis au second tour, a ajouté M. Abbas, sans préciser leur nombre.

Lors de cette première phase, 60 sièges devaient être disputés au mode de scrutin de liste. Ces sièges ont tous été remportés par la principale coalition en lice, "Pour l'amour de l'Egypte", qui ne cache pas son soutien à M. Sissi, et comprend des anciens membres du Parti national démocrate (PND, dissous) de M. Moubarak.

La seconde phase des élections, concernant plus de 28 millions d'électeurs dans les 13 provinces restantes, débutera le 21 novembre.

Dans un communiqué, la mission d'observation déployée par l'Union africaine pour superviser le scrutin a estimé que "la phase 1 des élections législatives s'est déroulée de manière transparente et dans le calme". "Les élections ont donné l'opportunité aux citoyens d'exercer librement leur droit de vote démocratique".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG