Liens d'accessibilité

Législatives égyptiennes : les islamistes espèrent consolider leurs gains au Caire, à Alexandrie et ailleurs


Le porte-parole des Frères musulmans, Mohammed Morsi salue un soldat, lors du premier tour, le 28 novembre 2011

Le porte-parole des Frères musulmans, Mohammed Morsi salue un soldat, lors du premier tour, le 28 novembre 2011

Au second tour des 5 et 6 décembre, près de la moitié des compétitions électorales impliquent les deux principaux groupes islamistes du pays : le parti Liberté et Justice (des Frères musulmans) et le parti salafiste ultra-conservateur Nour.

Les électeurs des deux plus grandes villes de l’Égypte --le Caire et Alexandrie-- se rendent aux urnes lundi et mardi, dans le cadre du second tour les législatives. Le vote se déroule également dans sept autres provinces. Les partis islamistes sont susceptibles de consolider leurs gains du premier tour tenu la semaine dernière.

Ce second tour déterminera les occupants de 52 sièges à la Chambre basse, qui compte 498 membres. Seuls quatre individus ont gagné leurs sièges la semaine dernière, remportant plus de 50% de voix dans leurs circonscriptions.

Ce lundi, la commission électorale égyptienne a révisé à la baisse le taux de participation à la phase initiale des élections, le plaçant a 52% au lieu des 62% précédemment annoncés.

Législatives égyptiennes : les islamistes espèrent consolider leurs gains au Caire, à Alexandrie et ailleurs

Législatives égyptiennes : les islamistes espèrent consolider leurs gains au Caire, à Alexandrie et ailleurs

Au second tour des 5 et 6 décembre, près de la moitié des compétitions électorales impliquent les deux principaux groupes islamistes du pays : le parti Liberté et Justice (des Frères musulmans) et le parti salafiste ultra-conservateur Nour. Suite à la publication des résultats du premier tour, les dirigeants des Frères musulmans ont appelé leurs rivaux à « accepter le choix du peuple ».

Dans les 18 autres provinces de l’Égypte, les électeurs vont voter en deux étapes, dans les semaines à venir, pour choisir leurs représentants à la Chambre basse. Quant à la Chambre haute, de moindre importance sur la scène politique égyptienne, ses occupants seront déterminés dans des élections devant avoir lieu de la fin de janvier au mois de mars 2012.

XS
SM
MD
LG