Liens d'accessibilité

Egypte: l’armée s’est interposée entre les manifestants pro et anti-Moubarak

  • Morgane Guirriec

Egypte: l’armée s’est interposée entre les manifestants pro et anti-Moubarak

Egypte: l’armée s’est interposée entre les manifestants pro et anti-Moubarak

Des coups de feu ont été tirés ce matin tôt aux cours de violents affrontements entre les deux camps. Plusieurs tanks étaient stationnés près de la place Tahrir ( Place de la Libération), où des milliers de manifestants anti-gouvernementaux campent depuis dix jours et ont édifié des barricades.
Un des tanks s’est positionné sur une autoroute où les partisans du président Moubarak avaient attaqué à coup de pierres des activistes de l’opposition.

Egypte: l’armée s’est interposée entre les manifestants pro et anti-Moubarak

Egypte: l’armée s’est interposée entre les manifestants pro et anti-Moubarak

Le Premier ministre égyptien, Ahmed Shafiq, s’est excusé pour les violents affrontements de mercredi. Les affrontements ont éclaté quand les partisans du président ont déferlé sur la place Tahrir. M. Shafiq a qualifié cet incident de catastrophe.

Au cours d’une conférence de presse télévisée, il a annoncé avoir commencé les pourparlers avec des membres de l’opposition. Les manifestants antigouvernementaux entendent continuer les pressions sur Hosni Moubarak. Exigeant son départ, ils appellent à manifester vendredi.

Le bilan de ces violences est lourd. Au moins 4 personnes ont trouvé la mort dans ces violences, indiquent des témoins cités par la presse. Cinq personnes ont été tuées en 24h, d’après le ministre égyptien de l’Intérieur. Mercredi, à la suite des violences, des médecins ont mis en place une clinique improvisée dans une mosquée, à proximité de la place Tahrir, et ont traité plus de 640 blessés.

Des temoins ont rapporte que l’armée avait tiré des coups de semonce pour tenter de mettre fin aux violences. Mais dans la majorité des cas, les militaires se sont contentés de garder le Musée national. Ils ont fait usage de canons à eau pour éteindre les incendies déclenchés par des cocktails molotov.

Les manifestants de l’opposition accusent le gouvernement Hosni Moubarak d’avoir payé des vandales et des policiers en civil pour écraser leur mouvement de protestation. Le ministre de l’intérieur a démenti ces accusations.


XS
SM
MD
LG