Liens d'accessibilité

Ebola: urgence publique en Guinée


Des mesures strictes sont nécessaires pour transporter les dépouilles des victimes du virus Ebola (Reuters)

Des mesures strictes sont nécessaires pour transporter les dépouilles des victimes du virus Ebola (Reuters)

La Guinée a déclaré une urgence de santé publique sur l'épidémie d'Ebola. Elle va déployer des travailleurs, à fait savoir le gouvernement.

On chiffre à 377 morts le nombre de victimes de la fièvre hémorragique à virus Ebola, depuis le début de l’épidémie en Guinée.

La Guinée affirme que cette épidémie est sous contrôle, vu que le nombre de nouveaux cas diminue, mais que de nouvelles mesures sont nécessaires pour la juguler dans les autres pays où elle sévit : Libéria et Sierra Leone.

« Des camions remplis de matériel sanitaire, et transportant des travailleurs de la santé, vont être déployés à tous les postes frontière avec le Libéria et la Sierra Leone », a déclaré le Dr Aboubacar Sidiki Diakité, inspecteur général de la santé et président du comité de crise sanitaire national.

Jusqu'à 3.000 personnes sont bloquées à 17 postes-frontières, en attente d’un feu vert pour entrer dans le pays, a-t-il dit.

La Sierra Leone et le Libéria ont décrété l’Etat d’urgence. Monrovia espère que deux de ses médecins diagnostiqués avec le virus à Ebola pourront commencer le traitement expérimental ZMapp.

De son côté, le Nigeria a confirmé son onzième cas de fièvre à virus Ebola, après qu'un médecin qui avait soigné le Libérien décédé à Lagos de la maladie eut été hospitalisé, a déclaré le ministère de la Santé jeudi. Le médecin avait traité Patrick Sawyer, qui s'est effondré à l'aéroport de Lagos le 20 juillet.

Par ailleurs, un employé de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est devenu cette semaine la troisième personne à décéder de la maladie au Nigéria.

XS
SM
MD
LG