Liens d'accessibilité

Ebola: « Plus l’on attend, plus la bataille coûtera cher, en terme de dollars et de vies », selon Brantly


Le Dr Kevin Brantly, qui témoignait mercredi devant le Congrès des Etats-Unis (Reuters)

Le Dr Kevin Brantly, qui témoignait mercredi devant le Congrès des Etats-Unis (Reuters)

Kent Brantly, le missionnaire américain qui a survécu au virus à Ebola, a averti le Congrès des Etats-Unis que « plus l’on attend, plus la bataille coûtera cher, en terme de dollars et de vies ».

Le docteur avait été évacué du Libéria après avoir contracté la fièvre hémorragique, de même que la missionnaire Nancy Writebol. Ils ont été soignés à l’hôpital de l’université Emory à Atlanta en Géorgie, et ont tous deux guéri.

Le Dr Brantly s’exprimait devant les membres de la Sous-commission sur l’Afrique, la Santé mondiale, les Droits humains mondiaux et les Organisations internationales. L’un des autres témoins appelés à s’exprimer devant les parlementaires américains a évoqué une épidémie « féroce, et qui gagne rapidement du terrain » en Afrique de l’Ouest.

L’épidémie d’Ebola pourrait durer des années, a averti un expert, et gagner bien d’autres pays si elle n’est pas rapidement contrôlée. Le directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAD), le Dr Anthony Fauci, a néanmoins rejeté l’idée que le virus à Ebola pourrait connaitre une mutation qui lui permettrait de se transmettre dans l’air. « Ce serait vraiment inhabituel, même si ce n’est pas impossible », a-t-il constaté.

L’infection se fait par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les sécrétions - telles que la salive, la transpiration ou encore l’urine de la personne malade. En Afrique, les rites d’inhumation où l’entourage est en contact direct avec la dépouille du défunt est source de contagion.

Les malades peuvent transmettre l’infection aussi longtemps que leur sang et leurs sécrétions contiennent des virus, c’est à dire pendant plusieurs semaines, même après la disparition des symptômes.

Toujours selon le Dr Fauci, un 13ème volontaire a reçu un vaccin contre le virus à Ebola mercredi. Pour l’instant, cet essai de vaccin se déroule bien, a-t-il ajouté. En ce qui concerne la thérapie dite ZMapp, et d’autres traitements, leur efficacité reste toujours à prouver.


XS
SM
MD
LG