Liens d'accessibilité

Ebola : un nouveau cas au Mali


Des agents de santé se revêtant de leurs équipements individuels de protection, afin de désinfecter une mosquée, à Bamako, au Mali, le 14 novembre 2014.

Des agents de santé se revêtant de leurs équipements individuels de protection, afin de désinfecter une mosquée, à Bamako, au Mali, le 14 novembre 2014.

La personne a été placée en centre d'isolement pour un traitement intensif, a indiqué, samedi 22 novembre 2014, le ministère malien de la Santé.

Le Mali a enregistré un nouveau cas d'Ebola. Dans un communiqué émis samedi, le ministère malien de la Santé a indiqué que cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako.

"Parmi deux cas suspects qui étaient en cours de test, l'un a été déclaré négatif, l'autre positif. Ce dernier a été placé en centre d'isolement pour un traitement intensif", selon le communiqué officiel.

Publiant un rapport interne de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur son site internet, le ministère de la Santé fait état des points saillants du document, à savoir l’admission au centre de traitement de Bamako de deux cas suspects de la maladie à virus Ebola.

« Un a été testé positif : il s’agit d’un contact régulièrement suivi et rapidement détecté et isolé ; le second a été testé négatif », précise le rapport de l’OMS.

Selon le même document, à Bamako, 293 contacts sur 306, soit 95.7% ont été correctement suivis, afin de limiter la propagation du virus.

Sept cas d'Ebola ont été confirmés dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, et tous les patients, sauf le cas confirmé ce samedi, sont morts.

D’après des chiffres de l'Organisation mondiale de la Santé, publiés vendredi 21 novembre, l'épidémie de fièvre Ebola a fait 5.459 morts sur plus de 15.000 cas répertoriés dans huit pays, dont la majorité dans trois pays ouest-africains – la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré vendredi qu’il y a eu des progrès dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola, mais a averti que le combat était loin d'être terminé.

M. Ban a déclaré que de nouveaux cas apparaissaient de façon vertigineuse dans certaines zones où les experts et les agents de la santé ont mis en place ce qu'il a appelé une «stratégie forte ». Toutefois, a-t-il ajouté, il y a eu une flambée de cas dans d'autres régions.

M. Ban a déclaré que le nouveau mode de transmission au Mali était une «source de profonde préoccupation».

Alors que le Mali a affirmé que quelque 300 personnes avaient été placées sous surveillance, l'OMS a estimé à près de 500 le nombre total de personnes ayant été exposées à la maladie.

XS
SM
MD
LG