Liens d'accessibilité

Ebola: le ton de l'ONU se fait plus urgent


L'Ebola se propage beaucoup plus rapidement que la réponse internationale, a averti Ban Ki-moon (AP)

L'Ebola se propage beaucoup plus rapidement que la réponse internationale, a averti Ban Ki-moon (AP)

Un nombre croissant de voix se font entendre pour dire que l’ampleur prise par l’épidémie de virus à Ebola nécessite une réponse plus radicale.

On compte désormais plus de 2.000 morts et 3.944 cas.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a évoqué « la nécessité urgente d’une intensification spectaculaire de l’action internationale, vu que près de 40% du nombre total des cas notifiés se sont produits au cours des trois dernières semaines ». Elle a rassemblé à Genève en fin de semaine près de 200 experts pour discuter de possibles remèdes et vaccins contre la maladie, et des mesures à prendre pour enrayer la propagation du virus.

Au terme de cette rencontre, l’OMS a annoncé que les thérapies à base de sang et les sérums peuvent être utilisés « dès maintenant » dans les pays affectés par l'épidémie à virus Ebola. Quant à la sécurité sanitaire des deux premiers vaccins, elle sera connue en novembre après des tests, notamment au Mali, a annoncé l'OMS.

Pour sa part, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a souligné que les Nations Unies (ONU) mobilisent « tous les moyens possibles », et envoient un appel au secours international ».

« Le nombre de cas est en augmentation exponentielle. La maladie se propage beaucoup plus rapidement que la réponse. Les gens sont de plus en plus frustrés qu'elle ne soit pas contrôlée » a dit M. Ban. « Ce qui a commencé comme une urgence de santé publique est en train de devenir un défi social et économique pour des millions » d’êtres humains.

Le Secrétaire général de l’ONU a exhorté les compagnies aériennes à ne pas annuler de vols vers les pays touchés. Non seulement cela n’empêche pas le virus de se propager, mais cela entrave la mobilité des équipes médicales, a-t-il fait valoir.

Par ailleurs, la Commission européenne (CE) a annoncé l'octroi d'une aide de 140 millions d'euros aux pays les plus affectés par l’épidémie de fièvre à virus Ebola en Afrique de l'Ouest, à savoir la Guinée, le Sierra Leone, le Liberia et le Nigeria.

Sur cette nouvelle enveloppe, 38 millions d’euros sont spécifiquement destinés à aider les autorités de ces pays à améliorer leurs services de santé. Il est également prévu de fournir une aide en matière de sécurité alimentaire, d'eau et d'assainissement, domaines essentiels pour préserver la santé de la population. Dans un communiqué, la Commission affirme suivre de très près non seulement l'épidémie d'Ebola, mais aussi ses conséquences sur le développement des pays concernés.

XS
SM
MD
LG