Liens d'accessibilité

Ebola: le Kenya commence à fermer ses frontières


L'aéroport Jomo Kenyatta International Airport, à Nairobi, au Kenya, est une plaque tournante du transport aérien en Afrique (VOA)

L'aéroport Jomo Kenyatta International Airport, à Nairobi, au Kenya, est une plaque tournante du transport aérien en Afrique (VOA)

Le Kenya a annoncé samedi qu'il va interdire l'entrée sur son territoire, à compter de mardi, minuit, aux voyageurs en provenance de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone, les trois principaux pays frappés par l'épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola. Par ailleurs, la compagnie aérienne nationale, Kenya Airways, a également annoncé la suspension de ses vols à destination de la Sierra Leone et du Liberia à compter de mercredi.

A noter que les Kenyans installés en Afrique de l’Ouest ne se verront pas interdire l’accès à leur pays, mais seront soumis à un contrôle médical à leur retour au Kenya. Ces mesures ne concernent pas également le personnel médical.

Cette semaine, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé le Kenya, pays à haut risque de transmission du virus Ebola, du fait notamment que Nairobi reste une plaque tournante pour les transports aériens en Afrique.

Ces mesures interviennent alors que l’OMS a reconnu que le bilan des décès et des gens infectés par le virus à Ebola en Afrique de l’Ouest pourrait « largement sous-estimer l’ampleur de l’éclosion ».

XS
SM
MD
LG