Liens d'accessibilité

Ebola: l'état de l'infirmière Pauline Cafferkey s'est stabilisé à Londres


Pauline Cafferkey a été admise au wRoyal Free Hospital, à Londres, 30 janvier 2015. (Archives).

Pauline Cafferkey a été admise au wRoyal Free Hospital, à Londres, 30 janvier 2015. (Archives).

Selon le Royal Free Hospital de Londres, Pauline Cafferkey est dans un état "sérieux mais stable". L'infirmière britannique était contaminée puis déclarée guérie du virus Ebola en janvier avant d'être victime d'une rechute.

"Nous pouvons annoncer que l'état de Pauline Cafferkey s'est amélioré, (il est) sérieux mais stable", a indiqué l'établissement.

Mercredi dernier, le Royal Free avait annoncé que l'infirmière britannique, âgée de 39 ans, se trouvait dans un état "critique".

L'infirmière avait été admise dans cet établissement le vendredi 9 octobre après avoir été transférée par avion militaire de l'hôpital Queen Elizabeth à Glasgow (Ecosse) où elle était hospitalisée depuis le mardi 6 octobre.

Sa rechute a suscité la colère de sa famille, selon laquelle son état aurait pu être détecté plus tôt.

Face à un éventuel risque de propagation du virus, les autorités sanitaires britanniques surveillent 58 personnes ayant été en contact avec l'infirmière. Elles ont proposé de vacciner 40 d'entre elles, dont 25 l'ont effectivement été.

Pauline Cafferkey, originaire du sud de l'Écosse, avait été testée positive à Ebola fin décembre 2014, après être rentrée d'une mission en Sierra Leone où elle travaillait pour l'ONG Save the Children au centre médical britannique de Kerry Town.

Elle n'avait pu recevoir le médicament expérimental ZMapp et avait accepté à la place de recevoir un traitement antiviral expérimental et du plasma sanguin prélevé sur une personne ayant survécu au virus Ebola. Elle avait été déclarée "complètement rétablie" le 24 janvier 2015 après avoir passé près d'un mois dans l'unité d'isolement du Royal Free Hospital.

Selon Ben Neumann, de l'Université britannique de Reading, l'infirmière serait seulement le deuxième cas connu de réactivation d'Ebola. Le premier pourrait avoir été un survivant dont l'oeil était passé de bleu à vert, à cause d'une infection persistante due au virus.

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest est la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976. Elle a fait, selon les dernières données disponibles, plus de 11.000 morts sur plus de 28.000 personnes contaminées depuis décembre 2013.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG