Liens d'accessibilité

Ebola: British Airways suspend ses vols vers le Libéria et la Sierra Leone


(Reuters)

(Reuters)

Une deuxième grande compagnie aérienne a suspendu ses vols vers certaines pays d'Afrique de l'Ouest en raison de l'épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola dans la région.

British Airways a annoncé mardi qu'il suspendait ses vols à destination et en provenance du Libéria et de la Sierra Leone en raison de la détérioration de la santé publique dans ces deux pays. Cette suspension restera en vigueur jusqu'au 31 août. Emirates, la compagnie aérienne des Emirats Arabes Unis, dont le siège se trouve à Dubaï, a suspendu son service sur la Guinée jusqu’au 2 août.

Ces trois pays sont l'épicentre de l'épidémie d'Ebola qui a coûté la vie à près de 900 personnes depuis le début de l’année.

Lundi soir, la Banque mondiale a promis jusqu'à 200 millions de dollars pour aider la Guinée, le Libéria et le Sierra Leone à contenir l'épidémie, à renforcer leurs systèmes de santé publique et aider les communautés à faire face à l'impact économique de la crise.

La banque a fait valoir que les travailleurs, notamment les agriculteurs, ont fui leurs champs dans les zones touchées par le virus à fièvre Ebola, même si l'impact sur l'approvisionnement alimentaire n’est pas encore mesurable.

Par ailleurs, le second missionnaire américain à avoir contracté le virus Ebola au Libéria a été rapatrié aux États-Unis.

Nancy Writebol a voyagé dans un avion spécialement équipé qui a atterri dans la ville d'Atlanta, en Géorgie, mardi. Elle sera traitée à l'hôpital de l'Université Emory, aux côtés de son collègue Kent Brantly, le mèdecin américain qui a contracté le virus alors qu’il traitait des patients au Libéria.

Ils ont tous deux reçu une dose d'un sérum expérimental avant de quitter le Libéria.

Lundi, les responsables d'un hôpital de New York ont déclaré qu’un homme souffrant d'une forte fièvre et de problèmes gastro-intestinaux est arrivé à la salle d'urgence et a été rapidement isolé. Ce patient a récemment voyagé dans un pays ouest-africain où le virus à Ebola a été signalé, et il subit actuellement des tests pour déterminer la cause de sa maladie.

Au Nigéria, les autorités ont annoncé lundi un deuxième cas confirmé d'Ebola. Il s’agit d’un médecin qui a traité le premier patient, lui-même décédé à Lagos le 25 juillet. Huit autres patients soupçonnés de souffrir de la maladie sont actuellement sous surveillance.

XS
SM
MD
LG