Liens d'accessibilité

Ebola : Ban ki-moon indique qu'il ne faut pas relâcher les efforts


Le secrétaire général de l'ONU se fait prélever la température à son arrivée à l'aéroport international de Monrovia, au Liberia, le 19 décembre 2014.

Le secrétaire général de l'ONU se fait prélever la température à son arrivée à l'aéroport international de Monrovia, au Liberia, le 19 décembre 2014.

Le secrétaire général de l'ONU a entamé une tournée dans les trois pays les plus touchés par le virus Ebola en Afrique de l'Ouest.

M. Ban ki-moon a tenu lors une conférence de presse conjointe avec la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf au Liberia.

Accompagné dans cette tournée par la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Margaret Chan, le coordinateur de l'ONU pour la lutte contre l'épidémie, le Dr David Nabarro, et le chef de Mission de l'ONU pour la lutte contre Ebola (UNMEER) Anthony Banbury, le secrétaire général de l'ONU a noté et félicité les efforts menés à ces jours pour combattre l’épidémie.

M. Ban ki-moon a cependant appelé à une « prudence optimiste », relevant entre autres le ralentissement du virus au Liberia.

"Ce n'est pas le moment de relâcher nos efforts", a-t-il souligné, exprimant sa "grande admiration et (son) respect pour les milliers de secours nationaux et internationaux qui contribuent à sauver des vies sur la ligne de front, y compris les Etats-Unis" qui ont envoyé des milliers de militaires et civils au Liberia.

M. Bam ki-moon a promis la poursuite du soutien de la communauté internationale pour endiguer l'épidémie et reconstruire leurs services de santé sinistrés afin d'en éviter de nouvelles.

Il a entamé la tournée jeudi soir par Accra, la capitale du Ghana, siège de l'UNMEER.

Après le Liberia, le secrétaire général des Nations Unies doit aussi se rendre en Sierra Leone, (et samedi) en Guinée et au Mali, dernier pays touché mais qui ne compte plus de cas, avant de retourner au Ghana.

L'épidémie, la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976, partie en décembre 2013 du sud de la Guinée, a fait au moins 6.915 morts sur 18.603 cas recensés, dont plus de 99% dans ces trois premiers pays, selon le dernier bilan de l'OMS arrêté au 14 décembre.

XS
SM
MD
LG