Liens d'accessibilité

La Rusada "a encore beaucoup à faire" pour que sa suspension soit levée


Le vice-président du Comité international olympique, Craig Reedie, de Grande-Bretagne, à Tokyo, le jeudi 7 mars 2013. (AP/Shizuo Kambayashi)

L'agence antidopage russe, suspendue depuis 2015, a encore "beaucoup à faire" pour que sa suspension soit levée, a assuré Craig Reedie, le président de l'Agence mondiale antidopage (AMA) qui a mis en lumière un dopage "d'Etat" en Russie.

"Il reste encore beaucoup à faire" de la part de la Rusada, a déclaré M. Reedie lors d'un symposium de l'AMA à Lausanne (Suisse).

Même si des "progrès ont été accomplis", la Rusada "doit démontrer que les processus engagés sont autonomes et indépendants de toute ingérence extérieure", a ajouté M. Reedie.

"Nous continuons notre travail afin de restaurer la conformité de l'Agence antidopage russe. Nous avons depuis mars 2016 deux experts sur place à Moscou afin de garantir cette indépendance", a encore expliqué le président de l'AMA.

L'AMA avait déclaré la Rusada "non-conforme" en novembre 2015, sur la base du rapport indépendant sur le dopage dans l'athlétisme russe rédigé par l'ancien président de l'AMA Dick Pound, qui avait mis en lumière que l'agence antidopage russe avait aidé à dissimuler des cas de dopage impliquant des athlètes russes.

Le rapport du professeur canadien Richard McLaren, commandé par l'AMA, a ensuite mis en lumière un dopage d'Etat en Russie, conduisant à l'exclusion des athlètes russes des jeux Olympiques de Rio après la suspension de la Russie par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG