Liens d'accessibilité

Dissidence au sein de l’ancienne rébellion de l’Azawad au Mali


Le président du Congrès pour la Justice dans l’Azawad (CJA) Hamma Ag Mahamoud lors d’une interview avec Kassim Traoré de VOA Afrique à Bamako, Mali, 15 novembre 2016. VOA/Kassim Traoré

Le président du Congrès pour la Justice dans l’Azawad (CJA) Hamma Ag Mahamoud lors d’une interview avec Kassim Traoré de VOA Afrique à Bamako, Mali, 15 novembre 2016. VOA/Kassim Traoré

Le Congrès pour la Justice dans l’Azawad (CJA) est le nom de la nouvelle plate-forme que des dissidents de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion) ont créée. Le président du CJA, Hamma Ag Mahamoud, que VOA Afrique a interviewé à Bamako, justifie la création de la nouvelle-plate par leur mise écart dans les institutions de la transition.

Après la mise en place du Congrès pour la Justice dans l’Azawad (CJA), son président Hamma Ag Mahamoud est arrivé à Bamako à la tête d’une forte délégation. Le CJA, qui est majoritairement composé de Kel Ansar, prône une gestion inclusive.

Le nouveau patron du congrès pour la justice dans l’Azawad, CJA, reconnait la création tardive de son association Hamma Ag Mahamoud.

"Ça a été créé à la dernière minute. Nous le créons parce que l’accord n’est pas appliqué et en plus, nous avons entendu les fracas des armes à Kidal pendant plus d’un mois. Le déclic de tout cela c’est venu avec les autorités transitoires parce que nous nous sommes rendu compte que nous n’avons pas été consultés pour la mise en place des autorités et si on loupe le bon choix des autorités, l’accord va davantage être en panne", affirme M. Mahamoud.

Le Congrès pour la Justice dans l’Azawad est une dissidence de la CMA, mais qui ne veut pas rester en marge de l’application de l’accord d’Alger 2015, une application qui traine actuellement.

Pour ce qui de les élections communales du dimanche 20 novembre prochain, Hamma estime que le scrutin ne sera pas sécurisé dans certaines localités au nord du Mali.

Le CJA préconise une conférence nationale plutôt qu’un dialogue.

La nouvelle plateforme est en fait une association de la Tribu Kel Ansar, qui vit dans les régions de Tombouctou et Taoudéni.

Elle tiendra son premier du 1er au 4 décembre 2016 à Razelma dans la région de Tombouctou.

Propos recueillis par Kassim Traoré

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG