Liens d'accessibilité

Disparition d'un journaliste chinois : inquiétude des ONG qui critiquent Pékin


La page Twitter de l'éminent journaliste chinois Jia Jia à la date 17 Mars 2016. Jia a disparu à l'aéroport de Pékin mardi soir quand il essayait de prendre un vol à destination de Hong Kong.

La page Twitter de l'éminent journaliste chinois Jia Jia à la date 17 Mars 2016. Jia a disparu à l'aéroport de Pékin mardi soir quand il essayait de prendre un vol à destination de Hong Kong.

Jia Jia, un journaliste pigiste, n'a pas été vu depuis mardi, a déclaré son avocat Yan Xin à l'AFP.

Plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme ont mis en cause les autorités chinoises après la disparition, depuis mardi, d'un journaliste chinois basé à Pékin, liant cette disparition à une lettre appelant à la démission du président Xi Jinping.

Jia Jia, un journaliste pigiste, n'a pas été vu depuis mardi, a déclaré son avocat Yan Xin à l'AFP. Selon son épouse, "il a disparu depuis le 15" mars, a-t-il dit.

Amnesty International a déclaré qu'un de ses amis proches leur avait dit que Jia avait disparu peu après avoir passé la douane à l'aéroport de Pékin alors qu'il s'apprêtait à embarquer sur un vol pour Hong Kong où il devait participer à un séminaire universitaire.

Jia ne s'est pas présenté au séminaire qu'il devait donner jeudi, a précisé à l'AFP la City University of Hong Kong.

"Nous sommes très inquiets de la disparition du journaliste chinois Jia Jia", a déclaré Bob Dietz, coordinateur du programme pour l'Asie du Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

"S'il est détenu par la police, les autorités doivent dire où ils le retiennent et pourquoi. Si quelqu'un d'autre sait où il se trouve, que ces personnes se manifestent pour éclaircir ce mystère".

Depuis l'arrivée de Xi au pouvoir, le Parti communiste chinois a accentué la pression sur la société civile, en arrêtant ou interrogeant plus de 200 avocats et militants des droits de l'homme.

La directrice de Human Rights Watch pour la Chine, Sophie Richardson, s'est elle aussi élevée contre cette mystérieuse disparition déclarant sur son compte Twitter : "#Chine disparition journaliste - il ne suffit plus d'effacer la critique, maintenant on efface aussi leurs auteurs".

Amnesty et le CPJ ont lié la disparition de Jia à la publication ce mois-ci sur le site Wujie News d'une lettre ouverte demandant le démission de Xi. La lettre, qui a rapidement été retirée du site, était signée par les "Membres du Parti Communiste Loyal".

"Sa disparition est très probablement liée à la publication de cette lettre et peut-être au fait que selon les autotités, il était impliqué ou en avait connaissance", a déclaré à l'AFP un enquêteur de d' Amnesty pour la Chine, William Nee.

"Les journalistes et les militants sont forcés de +prendre le thé+ avec les autorités... mais en général ça ne prend pas si longtemps", a-t-il ironisé, ajoutant que les responsables essaient de profiter de ces moments pour obtenir des informations.

L'avocat de Jia a toutefois estimé que la disparition de Jia pourrait ne pas être liée à cette lettre.

La Chine est sous le feu des critiques des défenseurs des droits qui ont dénoncé les "tactiques d'intimidation" de Pékin dans l'affaire, l'an dernier, de cinq libraires "disparus" de la maison d'édition Mighty Current de Hong Kong, connue pour la publication d'ouvrages critiques de Pékin. Les cinq hommes ont réapparu après des "aveux" télédiffusés.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG