Liens d'accessibilité

Dimanche sanglant en Irak


La police à Ramadi, chef-lieu de la province d'Anbar en Irak, où un kamikaze a fait exploser un véhicule dimanche

La police à Ramadi, chef-lieu de la province d'Anbar en Irak, où un kamikaze a fait exploser un véhicule dimanche

L'Irak connait sa pire vague de violence depuis plusieurs années. Plus de 1.400 personnes ont été tuées depuis le 1er janvier.

Plus de 12 personnes ont péri dimanche en Irak, suite à une série d'attentats, à un mois des élections législatives. L'attaque la plus meurtrière est survenue dans la ville septentrionale de Mossoul, où des hommes armés ont abattu sept soldats à un barrage de sécurité.

À Ramadi, à l'ouest de Bagdad, un kamikaze a fait exploser un véhicule sur un pont principal, tuant au moins cinq personnes et en blessant plusieurs autres. Une partie du pont, artère clé pour les résidents de Ramadi, est tombé dans la rivière Euphrate.

Les forces de sécurité irakiennes peinent à reprendre le contrôle de Ramadi depuis que des milices anti-gouvernementales ont saisi certaines parties de la ville en janvier.

L'Irak connait sa pire vague de violence depuis plusieurs années, du fait du mécontentement généralisé parmi la minorité arabe sunnite et de la guerre civile en Syrie. Plus de 1.400 personnes ont été tuées depuis le début de l'année.
XS
SM
MD
LG