Liens d'accessibilité

Deuxième journée de manifestation des producteurs de cacao à Abidjan


Le président du SYNAP-CI, Moussa Koné, a dit à VOA Afrique que le mouvement de grève ira "jusqu’à la fermeture de toutes les délégations régionales du Conseil Café Cacao."

Pour la deuxième journée consécutive, la police a dispersé à coups de gaz lacrymogène une manifestation de producteurs de cacao, dénonçant la mévente des récoltes, et déplorant "l'immobilisation de plusieurs milliers de tonnes de cacao au port d'Abidjan à la suite du blocage du système d'achat mis en place par les autorités".

Depuis novembre 2016, les producteurs n'arrivent plus à écouler leurs récoltes. Le prix "bord champ" du kilo de cacao fixé à 1.100F CFA par le gouvernement "n'est même plus respecté", a déploré le président du Syndicat National Agricole pour le Progrès (SYNAP-CI), Moussa Koné.

"Le mot d’ordre de grève est maintenu. Ça ne fait que commencer", a déclaré M. Koné, joint par VOA Afrique alors qu’il était encore au Plateau avec des milliers de producteurs dispersés en petits groupes.

"A partir de lundi, il y aura des manifestations éclatées dans toute la Côte d’Ivoire. On va passer même à la fermeture des routes pour empêcher la circulation des produits agricoles vers Abidjan," a-t-il ajouté.

" Nous somme premier producteur mondial de cacao, c'est vrai, mais nous sommes premier pays mauvais organisateur en ce qui concerne la commercialisation du cacao," a ironisé le syndicaliste.

"Les producteurs sont venus de toutes les régions de Côte d'Ivoire (...) pour que le cacao soit payé. Le produit se trouve bloqué dans les deux ports de San Pédro et Abidjan", a indiqué Bilé Bilé, président de la Coordination Nationale des Planteurs de Côte d'Ivoire.

Actuellement, il y a "580 remorques de 35 à 38 tonnes qui sont bloquées au port d'Abidjan ce qui équivaut à près de 20.000 tonnes de cacao", a-t-il poursuivi.

Selon un exportateur, tout est parti "du gap de 470 FCFA qu'il y a entre le prix du cacao à la Bourse de Londres qui est de 1.380 FCFA et le prix de vente à l'exportation imposé par le Conseil café-cacao qui régule la filière, qui est de 1.850 FCFA".

Le cacao est vital pour l'économie ivoirienne. Ce secteur représente 15% du PIB, plus de 50% des recettes d'exportation et, surtout, les deux tiers des emplois directs et indirects, selon la Banque mondiale.

Avec Afp

XS
SM
MD
LG