Liens d'accessibilité

Deux soldats blessés dans une nouvelle attaque revendiquée par des jihadistes au Mali


Des traces de tirs peuvent être vues sur les murs du commissariat de Gao, Mali, le 11 août 2015.

Des traces de tirs peuvent être vues sur les murs du commissariat de Gao, Mali, le 11 août 2015.

Deux soldats maliens ont été blessés dans l'attaque d'une position de l'armée dans la nuit de vendredi à samedi près de Gao, dans le nord du Mali.

Cette attaque a été revendiquée dimanche par le groupe Al-Mourabitoune du chef jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar.

La position visée est située à 60 km au sud de Gao, la plus grande ville du Nord malien, a indiqué la source militaire malienne.

La position des forces maliennes "a été attaquée par des terroristes à motos. Nous avons eu deux blessés mais les forces de défense ont mis en déroute les ennemis", a déclaré ce haut gradé malien sans donner davantage de précisions.

D'autres sources militaires et de sécurité maliennes ont précisé que la cible était une position de la Garde nationale, une composante de l'armée dans la localité de In-Tahaka (également orthographiée Intahaka).

Un renfort dépêché sur les lieux, composé essentiellement d'une unité de parachutistes, a riposté et défait les assaillants, ont affirmé ces sources sans donner plus de détails.

"Nous avons mis en déroute les terroristes et nous avons mis la main sur du matériel", a indiqué une des sources de sécurité malienne, assurant qu'aucun militaire n'avait été tué lors de cette attaque.

Dans un communiqué, le groupe jihadiste Al-Mourabitoune a affirmé que l'attaque a été menée par une de ses unités contre une base de l'armée malienne dans la zone d'Intahaka, près de la ville de Gossi. Ses hommes ont "tué et blessé un certain nombre de soldats maliens" et "se sont retirés sains et saufs", selon le texte.

De nombreuses attaques sanglantes et spectaculaires menées dans la région du Sahel ont été revendiquées par ou attribués à Al-Mourabitoune, qui avait officialisé en décembre 2015 son ralliement à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes et étrangères. Longtemps concentrées dans le Nord, les attaques jihadistes se sont étendues à partir de 2015 vers le centre, puis le sud du pays.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG