Liens d'accessibilité

Deux soldats américains tués dans le nord de l'Afghanistan


Des militaires américains transportent un soldat blessé dans la province d'Helmand, en Afghanistan, le 6 septembre 2011.

Des militaires américains transportent un soldat blessé dans la province d'Helmand, en Afghanistan, le 6 septembre 2011.

Deux soldats américains de l'Otan ont été tués et deux autres blessés lors d'une opération à Kunduz, ville du nord de l'Afghanistan où des combats récurrents opposent talibans et armée afghane.

Les militaires ont été pris sous le feu pendant qu'ils aidaient les troupes afghanes à "dégager une position des talibans dans le district de Kunduz", selon un communiqué de Resolute Support, l'opération de l'Otan en Afghanistan.

Aucun groupe n'a revendiqué cette opération, qui met en évidence l'insécurité grandissante après que les talibans ont tenté de conquérir cette ville le mois dernier pour la deuxième fois en un an.

"Cette perte nous brise le cœur", a écrit le général John Nicholson, qui commande les forces américaines et l'ensemble de l'opération de l'Otan en Afghanistan, en adressant ses condoléances aux familles et amis des victimes.

Il a souligné que "malgré les évènements tragiques d'aujourd'hui, nous restons déterminés dans notre engagement à aider nos partenaires afghans à défendre leur nation".

Ces décès interviennent à quelques jours de l'élection présidentielle américaine.

Hillary Clinton ou Donald Trump vont avoir à gérer le plus long conflit jamais mené par les Etats-Unis, sans issue en vue, une question pourtant très peu évoquée lors de la campagne.

Depuis le retrait de la majorité des forces occidentales fin 2014, l'opération Resolute Support compte 12.000 hommes, dont près de 10.000 Américains. Sous commandement américain, ils sont chargés de former, conseiller et assister leurs pairs afghans et de les appuyer dans leur lutte contre les talibans et le groupe Etat islamique, surtout présent dans l'Est du pays.

Depuis l'extension de leur mandat en juin par le président Barack Obama, les troupes américaines mènent notamment des frappes aériennes pour protéger leurs alliés afghans ou barrer l'avancée des insurgés islamistes.

Si l'Otan publie régulièrement des communiqués enthousiastes sur les progrès des troupes afghanes, au premier rang face aux insurgés depuis la fin de la mission de combat de l'Otan il y a quasiment deux ans, celles-ci enregistrent des pertes colossales.

En 2015, pour la première année aux commandes face aux rebelles islamistes, l'armée afghane a perdu environ 5.000 hommes, tandis que 15.000 ont été blessés.

En 2016, alors que la saison de combat n'est pas encore terminée, les pertes sont encore plus inquiétantes: 5.523 tués entre le 1er janvier et le 19 août, selon les services de l'inspecteur général pour la reconstruction de l'Afghanistan (Sigar), un organisme américain.

En comparaison, depuis l'invasion menée par les Etats-Unis en Afghanistan en 2001, 2.000 soldats américains ont péri au combat.

Les talibans ont comme objectif stratégique de s'emparer d'une capitale provinciale en 2016, comme ils l'avaient brièvement fait à Kunduz à l'automne 2015, un coup dur pour les forces afghanes.

Les insurgés islamistes ont lancé de multiples offensives ces derniers mois, notamment contre Kunduz, nœud commercial important proche du Tadjikistan, Lashkar Gar, capitale du Helmand la province du pavot (nord), ou encore Tarinkot, capitale d'Uruzgan (sud).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG